Bigflo et Oli s’expliquent sur leur envie de faire une pause: «C’est une fatigue mentale dont on ne parle jamais entre artistes»

Big Flo et Oli, aux NRJ Music Awards 2019.
Big Flo et Oli, aux NRJ Music Awards 2019. - ©Isopix

C’est dans les pages du Parisien que les deux rappeurs français Bigflo et Oli ont évoqué leur état d’épuisement après leur ascension fulgurante jusqu’au sommet des classements musicaux. Après trois albums, dont le premier en 2015 (« La cour des grands »), cinq tournées et des tonnes d’interview, ils ont annoncé en juillet dernier leur besoin de faire un break.

« Ça fait 5 ans qu’on ne s’arrête jamais », ont-ils confié au Parisien. « Il s'est passé tellement de choses qu'on a du mal à se souvenir de ce qu'on a fait en 2017 ». Révélés en 2011 lors de leur participation au Rap Contenders, les deux frères ont connu un succès presque immédiat, qui les a fait entrer dans un tourbillon médiatique et artistique qui a fini par les épuiser : « C'est une fatigue mentale, ça ne s'arrête jamais. C'est un truc dont on ne parle jamais entre artistes, c'est un peu tabou », a expliqué Bigflo, 26 ans.

Le problème, selon lui, c’est que les nouveaux artistes s’imposent un rythme effréné pour pouvoir atteindre des niveaux exceptionnels. Cette cadence est « grisante et motivante mais épuisante » a confié l’aîné des deux rappeurs à nos confrères.

Lomepal suivi par une psy

Les Toulousains ne sont pas les seuls à subir leur succès actuellement. D’autres artistes de leur génération ont également annoncé qu’ils avaient besoin de repos, avant de revenir sur le devant de la scène.

Le chanteur Lomepal par exemple, de son vrai nom Antoine Valentinelli, a expliqué vouloir « tout couper, fuir l’industrie et le système » et a « contacté une psy pour ne pas péter les plombs ». À 27 ans, il a vendu 400.000 albums en deux ans, mais la pression et le stress l’ont épuisé : « Physiquement, je sens qu'il faut faire un break », a-t-il lui aussi confié au Parisien. « Je n'ai pas envie de développer des maladies ».

Jain était « rincée »

Jain, de son côté, a aussi choisi de s’arrêter, préférant stopper plutôt que « faire un mauvais Bercy ». « J’étais rincée », a déclaré l’artiste de 27 ans, qui a sorti deux albums et fait 320 concerts dans 16 pays différents.

En dehors de cette fatigue morale et physique, ces chanteurs ont en commun leur envie de revenir ensuite plus forts et plus épanouis sur la scène. Mais dans un an, cinq ans ou peut-être dix ans, qui sait ?

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern