«Man Vs Bear», les premières images de la nouvelle émission de téléréalité où les hommes affrontent des ours (vidéo)

Capture d’écran - Facebook
Capture d’écran - Facebook

« Que le meilleur gagne », s’amuse Europe 1 qui détaille le contenu de cette nouvelle téléréalité proposée par Discovery Chanel. Ce mercredi, des êtres humains ont donc affronté des grizzlis. Bien sûr, aucun combat à mains nues n’est prévu entre les protagonistes mais les deux clans s’affrontent néanmoins à grands coups d’épreuves inspirées de la vie sauvage des ours.

Un mix entre téléréalité et aventures où il faut faire rouler des troncs, grimper aux arbres, tirer à la corde ou dévorer de la nourriture. Les grizzlis et les humains doivent participer aux mêmes épreuves et les résultats des deux équipes sont bien sûr comparés. Un nouveau concept proposé par Discovery Chanel qui rajoute un brin de peur avec l’épreuve dite de la « proie humaine ». L’ours devra faire rouler une sphère d’acier jusque dans un cratère. Dans cette sphère, un être humain qui, lui, devra tout faire pour ne pas chuter en poussant la boule le plus loin possible du trou. Une épreuve de force donc.

Toujours est-il que cette nouvelle téléréalité pose question, notamment à une époque où la question du respect des animaux est de plus en plus mise sur la table. La chaîne précise que les trois ours n’ont pas été capturés pour l’occasion. L’un est né en captivité, les deux autres ont été sauvés par un garde forestier de l’Alaska après que leur mère a été abattue par un braconnier. Pour l’heure, les producteurs sont formels : les trois grizzlis sont « ravis » et sont récompensés avec des friandises après chaque épreuve. Les amoureux des animaux apprécieront.

 
  • Face au coronavirus, soutenons nos héros

    Le personnel médical est mobilisé pour faire face à la pandémie : ici un transfert de patient à l’hôpital liégeois MontLégia.

    Des centaines de personnes, dans les hôpitaux et ailleurs, se mobilisent pour vaincre l’épidémie qui frappe notre pays. Envoyez-leur vos messages de soutien via votre magazine.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern