Soudan: un des cinq lions mal-nourris meurt dans un zoo, malgré la campagne de sauvetage sur les réseaux (photos)

La lionne, qui était nourrie par perfusion depuis plusieurs jours, est décédée tôt ce lundi 20 janvier 2020, a déclaré à l’AFP Issameddine Hajjar, un responsable du parc d’Al-Qureshi, où les fauves souffrent depuis des semaines de manque de nourriture et de médicaments. « Une des deux lionnes malades est morte aujourd’hui (…). Hier, le docteur leur a donné des médicaments, puis elles ont été nourries », a dit M. Hajjar.

La santé de l’« une s’est améliorée mais l’autre est morte. Nous faisons à présent un diagnostic pour connaître les causes du décès ». Selon des responsables du parc – qui dépend principalement des subventions de la municipalité – et des vétérinaires, l’état de santé des cinq animaux s’est détérioré ces dernières semaines et certains ont perdu deux tiers de leur masse corporelle. Dimanche, M. Hajjar avait affirmé à l’AFP que les responsables du parc achetaient de la nourriture avec leur propre argent pour nourrir les lions.

Campagne sur les réseaux

Une campagne avec le hashtag #Sudananimalrescue (« sauver les animaux du Soudan « ) est devenue virale sur Facebook, attirant dimanche de nombreux citoyens, volontaires et journalistes dans le parc zoologique. Le nombre de lions au Soudan n’est pas connu, mais plusieurs sont réunis au parc de Dinder, à la frontière avec l’Ethiopie. Les lions sont une espèce « vulnérable », selon l’Union internationale pour la conservation de la nature. Leur population en Afrique a baissé de 43 % entre 1993 et 2014 et seulement 20.000 survivent aujourd’hui.

BelgaImage
BelgaImage

Sur les réseaux sociaux, la diffusion des photos des lions malades, affaiblis, voire même squelettiques avait créé une onde de choc. Ce 18 janvier, une horde de citoyens a afflué au parc, mettant encore plus au jour les conditions de vie de ces lions. L’un d’eux était attaché à une laisse, nourri par perfusion et visiblement déshydraté. Des morceaux de viande étaient éparpillés sur le sol près des cages, les mouches volant tout autour. C’est le constat dramatique fait alors par un journaliste de l’AFP présent sur les lieux.

Avec l’AFP

 
  • Quel avenir pour la monarchie britannique?

    Le prince William dépasse de 20% en popularité son père, le prince Charles. Montera-t-il pour autant sur le trône à sa place?

    Elizabeth II en deuil aura 95 ans ce 21 avril. Quel avenir pour la monarchie britannique ? Un sondage plébiscite William : il doit être le prochain sur le Trône d’Angleterre.

  • Anne-Françoise Rousseau, la cheffe de clinique (à droite), observe les paramètres vitaux d’un patient intubé. - Mathieu Golinvaux

    Le CHU de Liège réquisitionné dans la lutte Covid-19

    Au CHU de Liège, le Centre des brûlés s’est mué en unité de soins intensifs « classique » pour contrecarrer l’avancée du Covid-19.

  • Florence Aubenas est allée s’installer un an dans le village pour «comprendre» ce fait divers sanglant.

    Florence Aubenas explore une nouvelle enquête

    Florence Aubenas ausculte un assassinat sur lequel elle a enquêté pendant sept ans. Un fait divers qui entremêle la France dont on ne parle pas, une bonne dose de mystère et une gueule connue du cinéma.

  • Le Britannique a compris avant tout le monde qu’il pourrait s’enrichir grâce au cannabis thérapeuthique.

    Le cannabis, le nouvel or vert

    De plus en plus de pays autorisent le cannabis thérapeutique. Sur ce marché florissant, un Britannique s’impose. Entre excentricité agaçante et génie entrepreneurial, voici le (presque) milliardaire Maximilian White.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • William Leymergie publie son premier roman

    Aujourd’hui présentateur de «William à midi» sur C8, William Leymergie publie également sonpremier roman.

    Actuel journaliste-animateur de C8, William Leymergie, qui fut longtemps l’âme de « Télématin » (France 2), surprend en nous emmenant sur un terrain où on ne l’attendait pas. Un roman de caape, d’épée et d’amour.