Une jeune star de «Stranger Things» dénonce le harcèlement en ligne qu’elle a subi

Une jeune star de «Stranger Things» dénonce le harcèlement en ligne qu’elle a subi
BelgaImage

La notoriété est une chose difficile à appréhender et à contrôler. Ce constat est encore plus valable pour les enfants. C’est l’amère expérience qu’a dû subir Millie Bobby Brown, connue pour son rôle de « Onze » dans « Stranger Things ». Actrice depuis l’âge de 9 ans, son enfance a été marquée par nombre de remarques négatives en ligne qui l’ont profondément blessée. Pour ses 16 ans ce 19 février, celle-ci a décidé de prendre directement la parole sur ce sujet.

Un parcours difficile

Dans un message Instagram, elle avoue que l’âge de 16 ans s’annonce comme une page qui se tourne. « Ces dernières années n’ont pas été simples, je l’admets », dit-elle. « Il y a des moments durant lesquels l’inexactitude, les commentaires déplacés, la sexualisation et les insultes gratuites qui m’ont causé de la peine et un manque de confiance en moi me frustrent ».

Il est maintenant question que cela change comme elle le dit elle-même. « Notre monde a besoin de gentillesse et de soutien pour que nous, les enfants, puissions grandir et réussir […] Concentrons-nous sur ce qui doit changer, j'espère que cette vidéo vous apprendre ce qu'il se passe derrière les gros titres et les flashs ».

Dans cette vidéo justement, on peut voir une compilation des messages qu’elle a dû subir sur internet. Elle y apparaît constamment exposée aux médias et à la presse. On entend par exemple une présentatrice télé dire devant les téléspectateurs qu’il « semble bien que la popularité de Millie Bobby Brown lui monte à la tête ». D’autres traitent de l’allure physique très mature de la jeune fille, trop pour eux. Un hashtag avait d’ailleurs été créé pour lui nuire : #TakeDownMillieBobbyBrown (« détruire Millie Bobby Brown ».

Un combat auquel elle est attachée

Pour se protéger de ces mauvaises influences, la star s’est retirée de Twitter… du moins pour son compte officiel. Comme un pied de nez à ses critiques, Millie Bobby Brown est revenue sur le réseau social avec un profil destiné à combattre le phénomène du cyber-harcèlement qui lui tient depuis à cœur. « Je continuerai de faire ce que j'aime et de diffuser mon message pour provoquer le changement » dit-elle aujourd’hui pour rassurer les personnes qui la soutiennent.

Le 11 février dernier, journée de la civilité digitale, elle a fait la preuve qu’elle prenait son rôle d’ambassadrice de l’UNICEF au sérieux en publiant un message qui s’inscrit dans cette lignée. « Si vous êtes victime de cyberharcèlement en ce moment, vous pouvez avoir l’impression d’être attaqué partout et de ne pas pouvoir vous échapper. Je sais par expérience à quel point cela peut être dévastateur. Il peut être difficile d’en parler. La peur, la gêne et la honte peuvent vous empêcher de tendre la main. J’ai récemment raconté mon histoire, ce qui n’a pas été facile, mais je l’ai fait parce que je veux que tous ceux qui vivent la même situation sachent qu’il existe de l’aide et du soutien » écrit-elle.

 
  • Belgaimage

    François De Brigode, photographe du confinement

    Le journaliste de la RTBF partage au quotidien un cliché de la situation actuelle.

  • Belgaimage

    Soutenons nos héros: vos messages

    Vous êtes nombreux à avoir répondu à notre appel de soutien envers tous les héros du quotidien pendant ce confinement. Voici une sélection de vos encouragements précieux. Merci à vous tous !

  • Dominique Strauss Kahn and Myriam L Aouffir attend the 16th Marrakech International Film Festival. Marrakech, Morocco - 05/12/2016//COLLET_0005-111/Credit:GUILLAUME COLLET/SIPA/1612060209 *** local caption *** 00784161

    Le retour gagnant de DSK

    Neuf ans après l’affaire du Sofitel, Dominique Strauss-Kahn s’est refait une santé. Aussi discret dans les médias qu’actif dans les affaires…

Signé duBus
Signé Stéphane Bern