Poisson d’avril: retour sur les blagues parues dans la presse ce premier jour du mois

BelgaImage
BelgaImage

Les férus d’humour l’attendent avec impatience quand d’autres n’en voient plus l’intérêt. Et cet opus 2020 aurait bien pu tomber à l’eau : on aurait ainsi pu croire que les poissons d’avril passeraient à la trappe dans la presse francophone, au vu d’une actualité tragique qui prête tout sauf à rire, il faut bien l’avouer. Et des fake news qui ne cessent d’inquiéter. L’avancée du coronavirus et le confinement des Belges n’ont cependant pas altéré la volonté de certains médias de faire rire leur lectorat. Revue de presse des poissons d’avril, réussis ou pas forcément, parus dans les médias ce mercredi 1er avril.

>La bande-annonce plus vraie que nature du nouveau « Harry Potter et la malédiction du Covid-19 » (vidéo)

Les poissons reportés

Et on commence par nos confrères de La Libre qui titre ainsi : « Les poissons d’avril sont reportés d’un mois… ou plus ». Sous la plume de Stéphane Tassin, le quotidien francophone imagine que la crise sanitaire « qui sévit actuellement dans le monde entier a même des répercussions sur une vieille tradition populaire et médiatique ». La question du 1er avril, à en croire le journal, se serait même invitée à la table du Conseil national de sécurité. En y mêlant un chouïa de conflit entre communautés linguistiques.

Une idée originale qui a par ailleurs eu son pendant chez nos voisins français. Le Canard Enchaîné, dont la sortie en kiosques était programmée pour ce mercredi 1er avril, a surfé sur l’occasion. Avec, en guise de gros titre : « Alerte coronavirus : par mesure de précaution, le 1er avril 2020 est reporté au 1er avril 2021 ». Un internaute, sur Twitter, salue l’idée et parle d’un « petit coup de génie ».

De son côté, la page sport de la RTBF, bien consciente de la difficulté actuelle de taper juste avec son poisson d’avril, a préféré faire la liste des infos fictives qui auraient pu être un poisson d’avril. « Alors imaginer une bonne grosse blague en pleine période de crise sanitaire, de confinement, de désarrois, voilà un exercice plutôt périlleux et le risque le plus important est celui du mauvais goût », écrivent nos confrères. Dans la liste des poissons d’avril auxquels on a échappé, on retrouve : le come-back de Justine Henin, Eden Hazard joueur-entraineur à Braine, L’Union Belge met fin au VAR ou encore Nafi Thiam dans « Danse avec les stars ». Et bien d’autres !

Tensions belges : communautés et stade national

L’émission « On n’est pas des pigeons » a également ajouté sa touche à la tradition du 1er avril, décidément bien ancrée dans les médias. Et la RTBF a joué la carte des dissensions entre la Flandre et la Wallonie : « La Flandre repassera à l’heure d’hiver, pas la Wallonie ». Sur Facebook, l’équipe se demande ce qu’il va advenir de Bruxelles. Et d’imaginer toutes les implications concrètes que cette décision pourrait réserver. Quand « On n’est pas des pigeons » nous prend pour des pigeons !

Deux médias belges ont opté pour un grand classique : le micmac du stade national. La DH établit que le report de l’Euro de football en 2021 est bénéfique pour le pays, avec ce titre : « La Belgique accueillera quand même l’Euro 2021… à Anvers ! ». Même son de cloche ou à peu près pour L’Avenir qui voit les choses en grand : « L’Euro 2021… relance la construction du Stade National ! » Et d’imaginer si « le stade est terminé à temps, c’est carrément la finale prévue à Wembley qui pourrait être déplacée en Belgique, afin de sanctionner le Brexit. Les Diables rouges champions d’Europe à domicile ? Le rêve est redevenu possible ! »

La carte people

Tandis que chez nos voisins français, La Voix du Nord a joué la sobriété avec un poisson d’avril estampillé « people ». « Brad Pitt et Jennifer Aniston vont se marier en secret… à Lille ! », titre le journal régional qui rebondit sur un possible rabibochage entre les deux stars. « La rumeur enflait depuis quelque temps. Cette fois, c’est confirmé : les ex-époux se sont bien retrouvés et s’apprêtent à convoler à Lille », écrit La Voix du Nord.

Le journal prend la peine de préciser, en bas de son article, qu’il s’agit d’un « (très gros) poisson d’avril ». « Dans le contexte difficile dans lequel nous sommes plongés ces jours-ci, nous avons hésité à maintenir cette tradition, avant de décider de nous lancer parce qu’en ce moment, nous avons aussi tous besoin d’un peu de légèreté et d’humour ! », écrit la rédaction. Reste à voir désormais ce que feront la RTBF et RTL dans leurs journaux télévisés de la mi-journée. Soir mag, de son côté, a décidé de ne pas publier de poisson d’avril sur son site cette année.

 
  • Florence Aubenas explore une nouvelle enquête

    Florence Aubenas est allée s’installer un an dans le village pour «comprendre» ce fait divers sanglant.

    Florence Aubenas ausculte un assassinat sur lequel elle a enquêté pendant sept ans. Un fait divers qui entremêle la France dont on ne parle pas, une bonne dose de mystère et une gueule connue du cinéma.

  • Le Britannique a compris avant tout le monde qu’il pourrait s’enrichir grâce au cannabis thérapeuthique.

    Le cannabis, le nouvel ort vert

    De plus en plus de pays autorisent le cannabis thérapeutique. Sur ce marché florissant, un Britannique s’impose. Entre excentricité agaçante et génie entrepreneurial, voici le (presque) milliardaire Maximilian White.

  • Le prince William dépasse de 20% en popularité son père, le prince Charles. Montera-t-il pour autant sur le trône à sa place?

    Quel avenir pour la monarchie britannique?

    Elizabeth II en deuil aura 95 ans ce 21 avril. Quel avenir pour la monarchie britannique ? Un sondage plébiscite William : il doit être le prochain sur le Trône d’Angleterre.

  • Anne-Françoise Rousseau, la cheffe de clinique (à droite), observe les paramètres vitaux d’un patient intubé. - Mathieu Golinvaux

    Le CHU de Liège réquisitionné dans la lutte Covid-19

    Au CHU de Liège, le Centre des brûlés s’est mué en unité de soins intensifs « classique » pour contrecarrer l’avancée du Covid-19.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • William Leymergie publie son premier roman

    Aujourd’hui présentateur de «William à midi» sur C8, William Leymergie publie également sonpremier roman.

    Actuel journaliste-animateur de C8, William Leymergie, qui fut longtemps l’âme de « Télématin » (France 2), surprend en nous emmenant sur un terrain où on ne l’attendait pas. Un roman de caape, d’épée et d’amour.