Quand le choléra menaçait la Provence

Olivier Martinez fut un hussard flamboyant en 1995 devant la caméra de Jean-Paul Rappeneau.
Olivier Martinez fut un hussard flamboyant en 1995 devant la caméra de Jean-Paul Rappeneau. - Isopix

La littérature est souvent une bonne façon d’aborder les épreuves et d’exorciser le passé, voire aussi le présent. Les grandes épidémies abreuvent les récits et quand de grands auteurs s’en saisissent, ils donnent matière à réflexion en écho à la situation présente. Il en va ainsi du roman d’aventure de Jean Giono. Sorti en novembre 1951, « Le hussard sur le toit » nous propulse en 1832 sur la monture d’Angelo Pardi, un colonel des hussards ayant fui son Piémont natal après avoir tué en duel un officier autrichien. Le jeune héros franchit la frontière… et découvre un autre ennemi...

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€5€ pour 1 mois
(sans engagement)
J'en profite
1€ pour 24h
 
J'achète
Signé duBus
Signé Stéphane Bern