Quand Nadal et Federer se retrouvent sur Instagram pour un live déjanté (vidéo)

Capture d’écran
Capture d’écran

Neuf mois, depuis leur demi-finale de Wimbledon l’an dernier, que les fans de tennis attendaient un « Fedal » : ce lundi, confinement oblige, c’est via les réseaux sociaux que Rafael Nadal et Roger Federer se sont rencontrés, pour un échange vidéo en direct devant leurs fans. Pour commencer, ils évoquent la situation actuelle et prennent des nouvelles de leurs familles respectives. Vient ensuite le sujet du tennis, inévitablement. « Je n’ai pas touché de raquette depuis Indian Wells (annulé la veille de son début le 9 mars) », avoue Nadal à Federer qui, en stratège, avait préparé son attaque. « Parfait », rétorque le Suisse, « tu ne seras plus capable de jouer au tennis quand tu reviendras ! » C’est déjà lui qui avait remporté leur dernier duel, l’été dernier à Wimbledon, avant de perdre en finale contre Novak Djokovic. « J’espère me souvenir un peu quand même…  », renvoie l’Espagnol tandis que le Suisse s’esclaffe.

Il s’agissait du premier Live Instagram organisé par Nadal, qui a éprouvé des difficultés face à l’outil : « Je suis une catastrophe  », a-t-il d’ailleurs avoué à ses fans. Les deux hommes ont ensuite évoqué leur état physique et notamment Federer qui se remet d’une arthroscopie subie en février et qui n’avait de toute façon pas prévu de rejouer avant la saison sur gazon, annulée depuis.

« Le genou est OK. Les six premières semaines se sont très bien passées, puis ça a évolué un peu plus lentement et maintenant, ça va de mieux en mieux. Mais j’ai beaucoup de temps ! Il n’y a pas de stress, pas de précipitation, c’est le seul côté positif de la situation : j’ai énormément de temps. À bout du compte, il faut que mon genou aille bien, le moment de mon retour n’a pas d’importance », explique le nº4 mondial. « Je suis heureux. C’est plus facile après la deuxième intervention chirurgicale… mais je ne veux pas savoir comment ça fait après une troisième ! », ajoute le Suisse, son compère lui retournant, « en tout cas pas durant notre carrière ! »

Puis Federer accélère de nouveau : « tu joues en gaucher et c’est un problème pour moi… puisque tu es droitier, pourquoi joues-tu au tennis de la main gauche ?  », lance-t-il à Nadal. « Je ne peux pas jouer de la main droite, c’est une légende », défend l’Espagnol. « Au basket ou pour tout dans la vie, je suis droitier… sauf au foot et au tennis. » Federer pousse son avantage : « ça a toujours été comme ça ou c’est une décision de ton père ou de ton oncle (Toni qui fut son entraîneur quasiment toute sa carrière, ndlr) ? » « J’ai commencé à 3-4 ans, mais je jouais des deux mains des deux côtés, coup droit et revers. Donc les gens ne se rendaient pas compte si j’étais gaucher ou droitier, mais j’ai toujours joué en gaucher », frappe Nadal. « Alors je ne peux pas t’en vouloir…  », capitule Federer.

La rédaction avec AFP

 
  • La soprano russe Anna Netrebko dans le rôle de Lady Macbeth, ici à Saint-Pétersbourg.

    Verdi au service de Shakespeare

    Par sa densité, son propos, ses caractères, son ambiance prenante autant qu’étrange, « Macbeth » est un incontournable de l’art lyrique.

  • La rencontre inattendue entre un livreur (H. Jemili) et un médecin à bout (M. Blanc).

    Michel Blanc au mieux de sa forme

    Les vraies bonnes comédies françaises sont devenues assez rares, mais fort heureusement pas inexistantes.

  • L’acteur français Ibrahim Koma incarne le valet de Phileas Fogg.

    L’œuvre de Jules Verne réadaptée

    L’excellent acteur britannique David Tennant, mais aussi le Français Ibrahim Koma qui incarne le valet Passepartout accompagnant Phileas Fogg dans son périple audacieux