La folle histoire de cette femme déclarée morte du coronavirus qui se réveille à l’hôpital

Des lits pour accueillir les patients du Covid-19 à Quito.
Des lits pour accueillir les patients du Covid-19 à Quito. - BelgaImage

Une femme inconsciente depuis trois semaines a repris connaissance dans l’hôpital de Guayaquil, en Équateur, où elle avait été admise en pleine épidémie de coronavirus et déclarée morte à la suite d’une erreur d’identité, a annoncé sa famille vendredi. Le décès d’Alba Maruri, 74 ans, avait été déclaré le 27 mars, après qu’elle eut été hospitalisée avec de la fièvre et des difficultés respiratoires.

Ses proches ont reçu une semaine plus tard un corps, qui a été brûlé sans avoir été préalablement identifié par sa famille. Mme Maruri « était inconsciente pendant trois semaines et avec cette folie du Covid, (à l’hôpital) on a confondu les noms et on l’a déclarée morte », a raconté son neveu, Juan Carlos Ramirez, sur les réseaux sociaux, avant de confirmer son récit par téléphone à l’AFP.

« J’avais les cendres d’une autre personne »

La septuagénaire, en se réveillant ce jeudi 23 avril, a donné aux médecins son nom et le numéro de téléphone de sa sœur Aura pour qu’on l’appelle. « Les médecins se sont rendus chez ma tante [Aura] pour vérifier et signaler l’erreur », a dit Juan Carlos Ramirez. « On ne sait toujours pas de qui sont les cendres qui sont à la maison », a aussi remarqué le neveu.

Mme Maturi « va bien », a-t-il précisé, en ajoutant que la famille allait demander à l’hôpital des dédommagements pour le prix de la crémation et « pour la douleur de la mort supposée ». « Ma sœur est dans une chambre, dans l’attente de sa sortie. C’est un miracle. Cela allait faire un mois qu’elle était morte. Et moi qui avais les cendres d’une autre personne… », a déclaré Aura à la presse.

Guayaquil, capitale économique de l’Équateur et sa ville la plus peuplée, est le foyer épidémique du pays, avec plus de 22.000 cas de coronavirus et 576 décès. Le gouvernement parle aussi de 1.060 autres morts « probables » du Covid-19, pour lesquels les tests n’ont pas été effectués.

AFP

 
  • François Chladiuk (à gauche) en compagnie de Walter Littlemoon venu tout spécialement à Lyon pour l’inauguration de l’expo.

    François Chladiuk, l’ami des Sioux

    Ce Belge possède une exceptionnelle collection de pièces indiennes historiques, exposée actuellement dans un musée de Lyon.

  • La fashion victim porte des vêtements à la mode, même s’ils ne sont pas beaux, accumule souvent de manière compulsive des articles et peut aller au contraire de la saison.

    De la fashion victim au feutre

    Dans un livre aussi dense qu’une garde-robe qui déborde, Martine Magnin et Mathilde de Jamblinne nous parlent chiffons avec passion. Extraits.

  • Face aux témoignage, Éliane Deschamps a toujours nié les accusations d’emprise.

    La gouroue qui voyait la Vierge

    En France, Éliane Deschamps se retrouve devant la justice pour abus de faiblesse. Elle a martyrisé les adeptes du groupe « Amour et miséricorde ».