Il sauve une baleine et échappe de peu à une amende de 16.000€

Il sauve une baleine et échappe de peu à une amende de 16.000€
BelgaImage

A priori, l’histoire a tout pour donner du baume au cœur. Alors qu’il se trouvait le long de la côte australienne, à Gold Coast, un homme a pris son courage à deux mains en voyant une baleine (probablement une à bosse) paralysée par un des filets qui protègent les plages des requins. Sautant sur son bateau, il arrive jusqu’à l’animal qu’il libère avec son couteau. Cet acte de bravoure a cependant failli lui coûter cher, les autorités faisant miroiter une possible amende de 27.000 dollars.

Un élan de solidarité pour soutenir le « héros » du jour

Pour comprendre comment un sauvetage peut être traité de la sorte, petit retour en arrière. Lorsqu’il aperçoit la baleine piégée, l’homme en question appelle d’abord les secours. Ceux-ci prennent bien en compte la demande mais ils tardent à venir. Deux heures après, ils ne sont toujours pas là. Il a donc décidé d’intervenir lui-même. Le souci, c’est qu’il est normalement interdit de couper dans les filets anti-requins, sans compter les risques d’être piégé comme cette baleine, d’où la possible amende.

L’affaire a fait le tour de l’Australie et le sauveteur a été considéré comme un héros sur les réseaux sociaux. Comme le relaye le Guardian, l’ONG maritime « Sea Shepherd » a demandé un abandon des charges qui pesaient sur cet homme et à ce que les filets anti-requins soient retirés pendant la période de migration des baleines. Une cagnotte de soutien a même été constituée via une campagne GoFundMe, question d’éponger l’amende si elle venait à être donnée.

Finalement, tout s’est bien terminé puisque la menace de cette sanction a été levée par le ministre des Pêches du Queensland, comme le fait savoir la chaîne de télévision 9News. Celui-ci estimait que ce geste était mérité vu son casier judiciaire vierge. Le sauveteur de baleine a ainsi promis de reverser les fonds récoltés sur GoFundMe, soit quelques dizaines de milliers de dollars, à Sea Shepherd Australia.

 
  • Les montages financiers des royaux européens

    Plongé jusqu’au cou dans l’affaire Epstein, le prince Andrew a déclenché une nouvelle polémique en Angleterre en créant une très discrète société privée pour assurer la gestion de ses avoirs.

    Familles royales ou grandes familles de la noblesse ou de la haute bourgeoise, elles sont nombreuses à utiliser des constructions juridiques, comme des fondations, pour transmettre et perpétuer leur patrimoine.

  • GELUCK_belgaimage-174625282-full

    Geluck face à ses détracteurs

    Les détracteurs du projet de musée de Philippe Geluck sortent les griffes.

  • Le complexe des serres se découvre de plus loin cette année grâce à une belle promenade dans le parc privé du château.

    Parcours inédit dans les Serres de Laeken

    En raison du corona, une partie du complexe est inaccessible, mais, en échange, les visiteurs peuvent faire une longue promenade dans le parc du château royal ! À découvrir dès le 13 mai.

  • Le fisc peut s’emparer de 80% de la valeur d’un héritage à destination d’un ami ou d’un neveu. Le legs en duo est une solution à envisager à l’heure d’anticiper sa succession.

    Héritage, les règles ont changé

    Pour alléger les droits de succession, il est souvent intéressant d’inclure une association dans ses héritiers. Attention, les règles ont changé ! Explications.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern