Les scènes de baisers et de contacts étroits appelés à être limités au cinéma

Les scènes de baisers et de contacts étroits appelés à être limités au cinéma
BelgaImage

Que serait le film « Titanic » sans la scène où Jack et Rose sont serrés l’un contre l’autre sur la proue du navire ? Mais aux temps du coronavirus, oubliez tout cela. Avec le nouveau « Guide des préconisations de sécurité sanitaire » pour les tournages en France, les films vont devoir être adaptés tant que pèsera la menace du coronavirus. Un passage a particulièrement frappé au vu des conséquences sur les scénarios : celui sur les conditions de travail.

Sécurité avant tout

Dans le guide, il est ainsi noté qu’il « est nécessaire de porter une attention particulière à certaines activités difficilement compatibles avec le respect des gestes barrières (dont la distanciation) ». Autrement dit, pour éviter la contamination au Covid-19, plusieurs scènes vont devoir être adaptées tant que la pandémie représentera un risque. « C’est en particulier le cas pour les scènes d’intimité, dont les baisers et embrassades, les scènes avec des personnes âgées ou à risque, de foule, de groupe, d’actions telle que la bagarre, et tout plan rapproché ».

Pour toutes ces situations, il est prévu soit de modifier complètement les scènes en question via un changement de scénario, de plan ou via des inserts numériques, soit de se reposer sur le volontariat, avec des tests et des prises de température au préalable. Si ces moments, souvent clés dans les films, peuvent voir leurs tournages reportés, le guide l’encourage à le faire. Sans ces conditions préalables, tout baiser passera tout simplement à la trappe.

Outre ce point qui ne manquera pas de faire parler de lui, il est aussi question de donner des protections suffisantes à l’équipe de tournage, de limiter les effectifs ou encore de garantir le respect des mesures sanitaires pour toutes les personnes intervenantes (des studios jusqu’à la cantine).

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern