Au Japon, contre le coronavirus, tirez des feux d’artifice et ne criez pas! (vidéo)

Au Japon, contre le coronavirus, tirez des feux d’artifice et ne criez pas! (vidéo)
BelgaImage

Ces idées peuvent sembler un peu farfelues à première vue. D’une part, les fabricants de feux d’artifice ont fait exploser leurs stocks au-dessus des villes japonaises. D’autre part, le groupe de parcs d’attractions « East and West Japan Theme Park » a demandé aux visiteurs de ne pas crier dans les montagnes russes. Le point commun entre ces deux nouvelles : elles sont destinées à lutter contre le coronavirus. Si leur efficacité peut faire débat, il y a néanmoins derrière les apparences un vrai fond.

Des feux d’alerte et un silence d’or

D’abord, les feux d’artifice. En plusieurs endroits du pays, à 20h précises, ils ont illuminé pendant cinq minutes le crépuscule et ce pour deux motifs. « Historiquement, des feux d’artifice étaient organisés au Japon en guise de prières pour éradiquer des épidémies, et consoler les esprits des morts », a expliqué Kouhei Ogatsu, un artificier de Tokyo, à l’AFP. C’est donc après une cérémonie dans un temple shinto qu’il a participé à cette manifestation, les lieux de tirs étant gardés secrets pour éviter les attroupements. « Bien sûr, je ne m’attends pas à ce que le coronavirus disparaisse avec nos feux d’artifice. Mais on voulait réaliser ce projet et on espère que quelque chose de bien en sortira », espère Kouhei Ogatsu.

Cette démonstration a aussi un intérêt plus ou moins avoué : celui de mettre en lumière les conséquences de la crise sanitaire sur les artificiers. Les festivals étant annulés à cause de la pandémie, ils ne bénéficient d’aucune rentrée d’argent. En profitant de la tradition shinto des feux d’artifice contre les épidémies, ils ont donc voulu alerter la population sur leurs conditions.

Quant aux parcs d’attraction du groupe « East and West Japan Theme Park », il s’agit ici d’une règle qui fait partie des nouvelles recommandations qui s’appliquent à une trentaine de parcs, dont DisneySea, Disneyland Tokyo et Universal Studios Japan. Ceux qui embarquent dans les grands huit et les montagnes russes sont donc priés de garder le silence, ceux-ci pouvant répandre le virus à cause des gouttelettes qu’ils pourraient laisser échapper de leurs bouches. Parmi les autres règles, on trouve évidemment le port du masque, le lavage des mains, les contrôles de température mais aussi la limitation des contacts avec les employés des parcs, y compris les comédiens déguisés.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern