«On n’est pas couché»: Laurent Ruquier révèle le sens caché du nom de l’émission

Laurent Ruquier lors de la dernière d’ONPC.
Laurent Ruquier lors de la dernière d’ONPC. - Capture d’écran - Dailymotion

« On n’est pas couché » s’est définitivement endormi. L’émission de France 2 cesse, après quatorze ans de bons et loyaux services où les chroniqueurs se sont enchaînés, où les clashs se sont multipliés et où les invités ont été soit encensés soit dézingués. Laurent Ruquier a décidé de mettre un terme à l’aventure ONPC, pour revenir dès le mois d’octobre avec un nouveau rendez-vous qui animera la seconde partie de soirée du samedi sur France 2. Le titre est déjà connu : « On est en direct ».

Un nom d’émission qui reprend le code répété à de multiples reprises par Laurent Ruquier, l’utilisation du pronom « on ». C’est déjà ce qu’il avait décidé voilà de ça 14 ans, au moment d’entamer « On n’est pas couché ». Si tout le monde a toujours pensé qu’il s’agissait d’une référence au fait que l’émission durant très tard, l’animateur français a suggéré qu’il ne s’agissait pas uniquement de ça.

Laurent Ruquier joue avec les mots

Lors de la dernière d’ONPC ce samedi 4 juillet, Léa Salamé, présente pour l’occasion, a évoqué l’inconfort vécu par certains invités qui lui ont fait face lorsqu’elle était la chroniqueuse de l’émission. La journaliste racontait à quel point elle a pu se sentir gênée de devoir sans cesse critiquer les gens qui présentaient leur travail sur France 2, comme l’épingle en vidéo le Huffington Post. Ce à quoi Laurent Ruquier a répondu, pointant ainsi le fameux double sens du titre de l’émission :

« Quand j’ai choisi ce titre, je voulais également dire que l’on n’était pas couché devant les invités et qu’on leur dirait ce qu’on pense vraiment ».

Et un mystère de moins !

 
  • Enquête: les anti-vaccins en Belgique

    BelgaImage

    Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Sont-ils dangereux pour la santé publique ? Plongée dans cette nébuleuse anti-vaccins qui se fait de plus en plus entendre en Belgique grâce à la crise du coronavirus. Enquête réalisée avec le soutien du Fonds pour le journalisme en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern