Pairi Daïza et les Musées Royaux d'Art et d'Histoire en conflit à cause d’une momie

Pairi Daïza et les Musées Royaux d'Art et d'Histoire en conflit à cause d’une momie
BelgaImage

C’est une bataille de coq qui s’est engagée sur l’héritage d’Hergé depuis le 7 juillet dernier. Ce jour-là, Pairi Daiza a invité son public à découvrir non pas ses animaux exceptionnels mais… une momie. Et pas n’importe laquelle puisqu’il s’agirait de celle surnommée Rascar Capac, qui aurait inspiré Hergé et « qui affiche près de 2.200 ans au compteur », relève le parc sur Facebook. « Pairi Daiza lui a donné sa dernière demeure », conclut-il. Problème : les Musées Royaux d'Art et d'Histoire (MRAH) revendiquent la possession du « vrai » Rascar Capac. Depuis, la hache de guerre est véritablement déterrée entre les deux belligérants.

Un débat creux ?

Action, réaction : la riposte des MRH ne s’est pas fait attendre et pas dans la demi-mesure. « Nous n'attirons pas les visiteurs en leur promettant des pandas, nous espérons de la même manière que Pairi Daiza cesse de prétendre pouvoir montrer la momie de Rascar Capac », demande dans un communiqué Alexandra De Poorter, la directrice générale ad interim des Musées Royaux d'Art et d'Histoire. « Nous continuerons à inciter Pairi Daiza à attirer le plus grand nombre de personnes possible dans son beau parc par des faits avérés ».

Pairi Daiza, loin de vouloir céder la victoire aux MRAH, n’a pas tardé à réagir via son propre communiqué. Le zoo se dit ainsi étonné « de l’agressivité et du ton péremptoire utilisés par les Musées Royaux d’Art et d’Histoire pour s’approprier la momie. […] Soyons de bon compte, nul ne sait avec certitude quelle momie a inspiré Hergé pour créer Rascar Capac. […] Seul Hergé avait la réponse, qu’il ne peut plus nous donner. Mais s’il est une vérité historique, par contre, c’est bien que la momie acquise par Paradisio/Pairi Daiza en 2008 avait été dévoilée, en 1979, lors de l’exposition 'Le Musée Imaginaire de Tintin' qui mettait en parallèle des objets présents dans l’œuvre d’Hergé avec ceux, bien réels ceux-là, qui l’avaient inspiré. Une exposition visitée par Hergé lui-même », revendique le parc. « Aucune des deux [momies], ni celle de Bruxelles ni celle de Pairi Daiza ne mérite la polémique initiée par Les Musées Royaux d’Art et d’Histoire, mais au contraire tout notre respect pour l’histoire du peuple inca qu’elles véhiculent toujours chacune, du haut de leurs 2.000 ans et quelques ».

En relayant l’information, L’Avenir a peut-être trouvé un terrain d’entente pour les deux institutions. En menant l’enquête, le quotidien est parvenu à la conclusion que le Baron Jean-Baptiste Popelaire de Terloo n’a pas ramené une momie mais trois dont les traces ont été perdues dans les limbes des collections. Il se pourrait donc que celle qui pourrait prendre le nom de Rascar Capac soit n’importe laquelle de ces trois-là. Puisque Pairi Daiza et les MRAH revendiquent chacun d’avoir une de ces trois momies, elles peuvent donc bénéficier du bénéfice du doute et déclarer posséder Rascar Capac.

 
  • Enquête: les anti-vaccins en Belgique

    BelgaImage

    Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Sont-ils dangereux pour la santé publique ? Plongée dans cette nébuleuse anti-vaccins qui se fait de plus en plus entendre en Belgique grâce à la crise du coronavirus. Enquête réalisée avec le soutien du Fonds pour le journalisme en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern