Hugo Clément, attaqué par un berger, parle d’une «manipulation» à son encontre

belgaimage-162511335-full
BelgaImage

La question du loup est électrique et ce nouvel accros est là pour le rappeler. Après le reportage d’Hugo Clément sur un loup abattu dans le Briançonnais, un berger du nom de Joseph Boussion riposte violemment au journaliste, disant en « avoir plein le cul » de personnes comme lui et l’accusant d’être déconnecté de la réalité du terrain. Il exige alors à ce qu’il vienne pendant un mois à ses côtés pour recueillir son témoignage ainsi que ceux de ses collègues.

Hugo Clément lui a d’abord demandé en message privé s’il était possible de le rencontrer pour une période plus courte. Mais face à la persistance de Joseph Boussion pour qu’il reste un mois et pour qu’il « mouille sa chemise », le journaliste a enquêté sur cet homme dont le passé pose selon lui question.

Un échange tendu

Pour tout comprendre, petit retour en arrière. Le 5 juillet dernier, dans le département des Hautes-Alpes, un loup s’approche d’un troupeau de moutons à la nuit tombée. Alors qu’il remarque la présence de chiens et de dispositifs de sécurité, il finit par abandonner toute tentative de se faire un bon buffet et s’éloigne. Cinquante mètres plus loin, alors qu’il repart dans les montagnes, il est abattu par des louvetiers, ces derniers émettant des grands cris de joie. Un photographe animalier présent sur les lieux, Corentin Esmieu, filme tout et dénonce le fait dans le reportage d’Hugo Clément.

C’est de là que démarre la polémique, surtout au vu de la popularité de Joseph Boussion dont les attaques envers Hugo Clément sont vues plus d’un million et demi de fois sur son compte « Carnet de Berger ». Le berger insiste sur le caractère légal du tir et après l’échange avec le journaliste, Hugo Clément a fini par répondre publiquement sur Facebook en creusant dans le passé de Joseph Boussion.

Hugo Clément note entre autres qu’il ne conteste pas la légalité du tir. Concernant Joseph Boussion, il remarque que celui-ci est en réalité originaire du Sud-Ouest. Il s’est présenté à plusieurs élections locales (avant de tenter la présidentielle en 2017), a fait des études de marketing à Bordeaux et a participé au mouvement « Nuit debout », « avant d'être accusé par des manifestants de "manipuler la mobilisation" pour servir ses ambitions politiques », précise Hugo Clément. Bref, pour le journaliste, la polémique sur le loup représente une « manipulation ». Il juge que pour parler du sujet, l’avis de Corentin Esmieu, originaire du Briançonnais, et d’un spécialiste du loup comme Jean-Marc Landry, biologiste, valent bien mieux que celui de Joseph Boussion.

Ce dernier, quant à lui, a répondu à nouveau à Hugo Clément en restant sur la défensive et sur ses positions originelles. Le journaliste préfère de son côté faire un nouveau reportage « aux côtés d’un vrai berger, originaire de la région ». « Ce n’est pas que le management, le marketing et la politique ne m’intéressent pas… c’est juste un autre sujet », conclut-il.