En faisant de la pub pour des produits alimentaires, Donald et Ivanka Trump créent la polémique

Capture d’écran
Capture d’écran

Habituellement très appréciée de la communauté latino-américaine, la marque de produits alimentaires Goya a subi les critiques des citoyens après que son patron ait flatté le président américain Donald Trump. En effet, après avoir été reçu la semaine dernière à la maison Blanche, Robert Unanue, patron de Goya, a déclaré : « Nous sommes tous bénis d’avoir un dirigeant comme Donald Trump. C’est un admirable bâtisseur.  », rapporte RTL.

Suite à ces propos, les internautes ont lancé une campagne sur les réseaux sociaux visant à boycotter la marque, via le hashtag #BoycottGoya. Le patron de la marque de son côté refuse de s’excuser et estime que cette initiative est une « atteinte à sa liberté d’expression  ».

Pour ne rien arranger à la situation, la fille du président américain, Ivanka, s’est affichée sur les réseaux sociaux en posant avec une boîte de haricots noirs de la marque contestée, accompagnée du slogan : « Si c’est Goya, c’est que c’est bon  », en espagnol et en anglais. Inspiré par sa fille, Donald Trump s’y est ensuite mis lui aussi, en publiant sur Instagram une image prise dans le Bureau ovale. On peut ainsi voir le Président poser derrière une série de produits Goya, avec les pouces levés et un grand sourire sur le visage.

La famille Trump est visiblement peu soucieuse de créer une nouvelle fois la polémique, alors que les règles d’éthique aux États-Unis interdisent aux employés fédéraux de faire la promotion de produits, services ou entreprises, indique LCI.

 
  • Enquête: les anti-vaccins en Belgique

    BelgaImage

    Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Sont-ils dangereux pour la santé publique ? Plongée dans cette nébuleuse anti-vaccins qui se fait de plus en plus entendre en Belgique grâce à la crise du coronavirus. Enquête réalisée avec le soutien du Fonds pour le journalisme en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern