Accueil Actu Stars

Covid-19: David Antoine fait un test dans une pharmacie française, «positif mais plus porteur» (photos)

L’animateur, de passage à Paris, a voulu éclaircir un doute qu’il avait sur une éventuelle contamination en mars au coronavirus. Manifestement, ses soupçons étaient justifiés.

Temps de lecture: 3 min

Ce samedi, la France a appliqué une mesure forte en ces temps de pandémie : rendre disponible pour environ 15 euros des tests Covid-19 en pharmacie. Pour David Antoine, la nouvelle n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd. Alors qu’il se trouve à Paris, il s’est rendu l’après-midi même en pharmacie pour lever un mystère qu’il traîne depuis mars : est-ce qu’il a été contaminé par le coronavirus ? L’animateur de Radio Contact a rendu public le résultat de son test sur son compte Facebook.

Résoudre une énigme de plusieurs mois

Après avoir prélevé un petit de sang sur le bout du doigt, David Antoine n’a eu qu’à attendre quelques instants avant d’avoir le verdict : « Afin d’enlever ce doute que j’ai depuis début mars, je l’ai réalisé et, à ma grande surprise, c’est positif mais plus porteur », constate-il. Comme il s’y attendait, il n’a plus d’anticorps notés ici IgM, c’est-à-dire ceux développés peu après l’infection, mais il y a encore des traces de ceux gardés plus longtemps, les IgG.

« Ça veut dire que j’ai développé les anticorps IgG, il y a quelques mois, et ils sont toujours présents (les deux petites lignes très légères). Début mars, hormis ce mal de tête de 48h et un peu de fièvre, je pensais ne pas l’avoir eu et pourtant... le confinement a débuté juste après. Maintenant, je ne suis plus porteur mais j’ai les anticorps (en quantité à définir). Bref, restons vigilants, prudents... et continuons à faire preuve de bon sens », conclut-il sur Facebook.

Un test intéressant mais pas parfait

En Belgique, il n’est toujours pas question de rendre ce type de test disponible en pharmacie, comme c’est le cas en France. Interrogé à ce sujet par la RTBF, Jean-Luc Gala, spécialistes des maladies infectieuses, estime pourtant que si ces tests représentent « une bonne chose ». « Psychologiquement, c’est bien que les gens puissent s’évaluer dans une période où ils ont été laissés largement à eux-mêmes », dit-il.

Par contre, Jean-Luc Gala rappelle que ces tests ne sont pas aussi fiables que ceux plus chers par exemple réalisés dans des centres spécialisés. Or pour les cas comme David Antoine qui auraient contracté la maladie en mars, cela peut poser problème : « Si on teste aujourd’hui, en pharmacie, des gens qui ont eu des symptômes très typiques mais au mois de mars, la détection pourrait être très faible, elle est même parfois douteuse. Cela signifie que les anticorps qu’ils ont eus, s’ils en ont eu, ont diminué très rapidement après l’infection. Ils risquent donc d’être négatifs, et on en tirera des conclusions fausses ! On en conclura peut-être qu’ils n’ont pas été en contact avec le virus alors qu’ils l’ont été en réalité, ils sont peut-être protégés par une immunité globale. Il faut donc les faire au moment opportun, pas n’importe quand en se disant que le test sera informatif, c’est faux ».

Notre sélection vidéo
Sur le même sujet

Aussi en Stars

Voir plus d'articles

À la Une