Son retour aux États-Unis, la mort de George Floyd, les tabloïds…: Meghan Markle se confie (vidéo)

BelgaImage
BelgaImage

L’interview fait sensation. Et pour cause, Meghan Markle s’est exprimée en exclusivité dans le cadre du « 19th* Represent 2020 Virtual Summit », questionné par la co-fondatrice Emily Ramshaw. L’ex-actrice n’a pas éludé certaines questions attendues des observateurs de la couronne britannique, comme l’épingle RTL. Elle a notamment évoqué le métier de journaliste, alors qu’elle a souffert des titres tapageurs des tabloïds au cours des années passées dans le cercle fermé de la famille royale d’Angleterre. Pour l’épouse du prince Harry âgée de 39 ans, son « expérience personnelle au cours des deux dernières années » a changé sa perception de la presse.

Son rapport aux médias

Les sujets s’attardant sur sa vie et celle du duc de Sussex se concentraient sur des détails « salaces ». Elle détaille : « Ce qui est fascinant, du moins de mon point de vue et de mon expérience personnelle au cours des deux dernières années, c’est de voir que les seuls titres accrocheurs laissent une empreinte. Cela fait partie de la façon dont nous voyons le monde, comment nous interagissons avec les autres. Il y a tellement de toxicité dans ce qui est monnayable en ce moment ». Meghan Markle a visiblement eu le temps de parfaire son analyse :

« Donc, si vous essayez simplement d’attirer l’attention de quelqu’un, vous optez pour quelque chose de salace par rapport à ce qui est véridique. Et je pense qu’une fois que nous pourrons revenir à ce qui est réellement important, où les gens disent simplement la vérité dans leurs reportages et le disent à travers un œil compatissant et empathique, cela aidera à lier les gens ».

>Harry & Meghan : la bio explosive qui déballe leur linge sale

Le retour aux États-Unis

L’ancienne actrice, notamment connue pour son rôle dans la série « Suits », a également fait part de son sentiment après être retournée vivre aux États-Unis. Un retour marqué par les événements liés à la mort de George Floyd, tué à la suite d’une intervention policière et qui a provoqué des manifestations sur fond d’Amérique raciste. Meghan Markle n’a pas éludé le sujet :

« Revenir et voir la situation, au départ, si je suis honnête, c’était juste dévastateur. C’était tellement triste de voir où notre pays se trouvait à ce moment. Et si on peut y voir quelque chose de positif, je dirais que dans les semaines qui ont suivi le meurtre de George Floyd, dans les manifestations pacifiques que l’on voyait, dans les voix qui s’exprimaient, dans la façon dont les personnes reconnaissaient leur rôle, joué activement ou passivement dans la discrimination d’autres personnes, et spécifiquement de la communauté noire, la tristesse s’est transformée en un sentiment d’inspiration absolue, parce que je peux voir que les temps sont en train de changer ».

Elle conclut en évoquant le racisme présent outre-Atlantique, alors que Meghan Markle et le prince Harry ont emménagé dans leur manoir de Santa Barbara, en Californie, depuis plusieurs semaines : « De mon point de vue, ce n’est pas nouveau de voir ce courant latent de racisme et de biais certainement inconscient, mais je pense que voir les changements qui sont en train d’être effectués en ce moment est vraiment, c’est vraiment quelque chose dont j’ai hâte de faire partie, en utilisant ma voix d’une façon que je n’ai pas pu faire ces derniers temps. Donc oui, ça fait du bien d’être à la maison ».

 
  • Delphine: les secrets d’une royale réconciliation

    Le Roi a invité sa demi-sœur pour un déjeuner à deux au Château de Laeken. La rencontre étant informelle, tous deux posent de manière relativement décontractée, sur fond de fleurs et d’assiettes de grand-mère.

    Le roi Philippe a invité sa demi-sœur à déjeuner à Laeken pour faire connaissance. Le lendemain, le roi Albert et la reine Paola se sont déclarés heureux de cette initiative. Décryptage d’un moment de communication d’ores et déjà historique !

Signé duBus
Signé Stéphane Bern