Comparée à Kamala Harris, Marge Simpson répond à la conseillère de Trump (vidéo)

Comparée à Kamala Harris, Marge Simpson répond à la conseillère de Trump (vidéo)
BelgaImage

La politique américaine est connue pour ses insultes gratuites et ce n’est pas sous Trump que cela est appelé à changer ! Ce 12 août, la conseillère du président, Jenna Ellis, en a encore donné la preuve avec un tweet, à l’instar de son supérieur. Dans celui-ci, elle écrit une courte phrase à l’adresse de la candidate démocrate pour la vice-présidence des Etats-Unis, Kamala Harris : « Kamala a la même voix que Marge Simpson ». Cela aurait pu en rester là mais ce que Jenna Ellis n’a probablement pas prévu, c’est que Marge Simpson en personne a depuis voulu user de son droit de réponse.

Le retour du boomerang

C’est ainsi que deux jours après le tweet de la conseillère du président, la chaîne officielle des Simpson a publié une tribune de Marge apparaissant sur une scène. « Je n'ai pas l'habitude de faire de la politique mais la conseillère du président Jenna Ellis a déclaré que Kamala Harris a la même voix que moi. Ma fille Lisa dit que ce n'est pas un compliment », dit-elle d’abord.

« Si c’est le cas, en tant que femme au foyer ordinaire vivant en banlieue, je me sens un peu méprisée. J'apprends à mes enfants à ne pas insulter les gens, Jenna », lui reproche-t-elle. Cette phrase est une riposte subliminale adressée directement non pas seulement à Jenna Ellis mais aussi à Donald Trump. Ce 12 août, le président avait en effet publié un message à propos de ce qu’allaient faire, selon lui, les femmes au foyer le jour des élections. « Les femmes au foyer vivant en banlieue voteront pour moi », assurait-il. Il semble pourtant que Marge ait un avis plus timoré que cela.

A la fin de la vidéo, la mère de Bart et Lisa termine en disant : « J’allais dire que je me sentais très énervée, mais j’ai peur d’être censurée », dit-elle avant qu’elle ne soit brutalement coupée.

 
  • Le prince Laurent bientôt indemnisé

    L’obstination de Laurent devrait finir par payer. Le Prince est dans son droit. C’est au monde politique de suivre.

    Reconnu dans ses droits à cinq reprises par la justice dans son procès contre la Libye, le frère du Roi se bat depuis 2014 pour récupérer les 48 millions d’euros dus. Le dossier doit se débloquer ce vendredi 22.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern