«Infecte», «odieuse»: un journaliste suisse révèle les coulisses de son interview avec Catherine Deneuve (vidéo)

BelgaImage
BelgaImage

« C’était une très forte expérience », raconte Darius Rochebin. Et on le comprend : interviewer une telle légende du cinéma français, ça ne peut pas laisser un journaliste indifférent. Et ce même si l’on est de la trempe de ce Suisse, véritable taulier de la télé helvète passé sur la chaîne française LCI au dernier mercato après 22 années en Suisse. Questionner Catherine Deneuve, « une forte expérience » certes, mais pas pour autant une expérience heureuse. En toute honnêteté, Darius Rochebin a raconté cette interview au micro de France Inter dans « L’Instant M » de ce mardi 25 août : « Elle était infecte, vraiment infecte, du début à la fin ».

Le passage sur Catherine Deneuve à découvrir dès 6min30

« Elle était vraiment odieuse »

Le journaliste suisse a le mérite d’être cash. il s’explique : « Et en même temps, c’était son charme (…) ‘Soyez odieux, tout ira mieux’, elle l’appliquait à la lettre. Je me rappelle la fin de l’interview, on était dans l’ascenseur. Je lui dis : ‘une petite photo pour les réseaux sociaux ?’ Elle me dit : ‘non j’aime pas les réseaux sociaux’. Elle s’est retournée et je vois encore son manteau de fourrure comme ça très ample et on a fini le trajet en ascenseur avec elle qui me tournait le dos ». a-t-il raconté. La réponse franche de Darius Rochebin a le mérite de décontenancer Sonia Devillers sur France Inter : « Je ne m’attendais pas du tout à votre réponse ».

Pour autant, l’interview s’est révélée « paradoxalement » intéressante : « C’est la grâce des interviews. Il y avait une réflexion que j’ai beaucoup aimée : ‘Il faut toujours retrouver la grâce du débutant’. C’est-à-dire même quand vous êtes comme elle, à un point de carrière où vous n’avez plus rien à prouver, il faut retrouver une espèce de fraîcheur, d’audace. Et on le voyait dans certains de ses films où elle se moque un peu d’elle-même, un peu de dérision… C’est pour ça, je trouve qu’on peut à la fois trouver une personne insupportable, elle était vraiment odieuse, et en même temps une très grande artiste ».

Pour autant, il inviterait Catherine Deneuve à nouveau sur son plateau. Plus sur RTS cette fois mais bien sur LCI car la « dualité » de l’actrice française « le fascine beaucoup ». Sonia Devillers aura le mot de la fin, pointant le fait qu’aucun « journaliste français n’ose dire ça » à propos de Catherine Deneuve. Un peu de fraîcheur donc !

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • 1-22278647_10155990153115934_2035067948_n-1

    Opération Shoe-Box: du bonheur en boîte

    À travers cette initiative solidaire, l’association Les Samaritains appelle à la générosité des Belges pour gâter, à leur manière, les personnes sans abri ou défavorisées.

  • Son père l’abandonne à six ans. Audrey Hepburn en restera angoissée pour la vie, cherchant l’affection auprès d’autres hommes. Une blessure qui ne se refermera jamais.

    Audrey Hepburn: une vie d’épreuves

    Derrière l’image glamour, tout en élégance et en charme, l’actrice soignait ses blessures. Un documentaire britannique de la réalisatrice Helena Coan révèle la part de souffrances et d’échecs personnels de la star.

  • Belgaimage

    Les chercheurs de pharaons (12)

    Dans un livre passionnant qui vient d’être réédité, Michel Duino retrace notamment la découverte du tombeau de Ramsès II. Un roman vrai qui se lit comme un polar. Nous publions cette partie de l’ouvrage sous forme de feuilleton.