Accusée de transphobie, J.K Rowling rend une récompense qui lui avait été décernée

Belgaimage
Belgaimage

L'écrivaine britannique J.K. Rowling a annoncé rendre une récompense après que la présidente de l'organisation qui la lui avait remise a critiqué ses opinions sur les personnes transgenres. L'organisation des droits humains Robert F Kennedy (RFKHR) avait remis l'an dernier le Ripple of Hope à l'autrice de la saga Harry Potter. Mais la présidente de cette organisation, Kerry Kennedy, a estimé que les opinions de l'écrivaine « réduisaient l'identité » des personnes trans.

Ces déclarations « insinuaient à tort que je suis transphobe » a dénoncé J.K. Rowling dans un texte publié jeudi sur son site. « En tant que donatrice de longue date à des associations LGBT et partisane du droit des personnes trans à vivre sans être persécutées, je réfute catégoriquement l'accusation selon laquelle je déteste les personnes trans ou leur veux du mal », a-t-elle poursuivi. En raison de la « très grande divergence de vues » entre l'organisation RFKHR et elle, l'écrivaine affirme ne « pas avoir d'autre choix » que de rendre la récompense qui lui avait été attribuée.

Propos insultants

En juin, J. K. Rowling avait été accusée d'avoir tenu des propos jugés insultants pour les personnes transgenres pour un tweet. Elle avait partagé sur Twitter un article parlant des « personnes qui ont leurs règles », commentant ironiquement « Je suis sûre qu'on devait avoir un mot pour ces gens. Que quelqu'un m'aide. Feum? Famme? Feemm? » Elle s'était ainsi attiré les foudres de certains internautes. L'acteur Daniel Radcliffe, interprète de Harry Potter au cinéma, s'était d’ailleurs joint aux critiques. « Les femmes trans sont des femmes », avait-il martelé. « Tout propos affirmant le contraire efface l'identité et la dignité des personnes transgenres ».

D son côté, J.K. Rowling a dit avoir été « submergée de milliers d'emails de soutien reçus de personnes concernées par ces problèmes, à la fois à l'intérieur et à l'extérieur de la communauté trans, dont beaucoup se sentent vulnérables et s'inquiètent en raison de la toxicité entourant ces discussions ».

AFP

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • 1-22278647_10155990153115934_2035067948_n-1

    Opération Shoe-Box: du bonheur en boîte

    À travers cette initiative solidaire, l’association Les Samaritains appelle à la générosité des Belges pour gâter, à leur manière, les personnes sans abri ou défavorisées.

  • Son père l’abandonne à six ans. Audrey Hepburn en restera angoissée pour la vie, cherchant l’affection auprès d’autres hommes. Une blessure qui ne se refermera jamais.

    Audrey Hepburn: une vie d’épreuves

    Derrière l’image glamour, tout en élégance et en charme, l’actrice soignait ses blessures. Un documentaire britannique de la réalisatrice Helena Coan révèle la part de souffrances et d’échecs personnels de la star.

  • Belgaimage

    Les chercheurs de pharaons (12)

    Dans un livre passionnant qui vient d’être réédité, Michel Duino retrace notamment la découverte du tombeau de Ramsès II. Un roman vrai qui se lit comme un polar. Nous publions cette partie de l’ouvrage sous forme de feuilleton.