Les murs de Graceland tagués par le mouvement Black Lives Matter, vif débat aux USA (photos)

Les murs de Graceland tagués par le mouvement Black Lives Matter, vif débat aux USA (photos)
BelgaImage

Au pays du rock 'n' roll, tout ce qui touche au « King » a une dimension presque sacrée. Alors quand des manifestations anti-Trump taguent les murs extérieurs de sa propriété, là où les fans d’Elvis laissent traditionnellement leurs messages, il n’en faut pas plus pour déclencher une véritable bombe atomique sur les réseaux sociaux américains. C’est ce que rapporte notamment le média conservateur Fox News qui s’indigne de voir ainsi Graceland « vandalisée ».

Un débat qui reflète le climat politique américain

Sur les photos qui témoignent des faits, on voit de nombreux messages écrits dans la nuit de dimanche à lundi et liés au mouvement Black Lives Matter, qui dénoncent le climat de violences policières au détriment des Afro-Américains. Parmi les tags, on lit « I Can’t Breathe » (« Je ne peux pas respirer », en référence aux derniers mots de George Floyd avant de mourir étouffé par des policiers), « No Justice No Peace » ( »Pas de justice, pas de paix »), « Fuck Trump », tout comme des appels pour « arrêter les meurtriers de Breonna Taylor » (une Afro-Américaine tuée par balle en mars dernier).

Pour le demi-frère du King, Bill Stanley, c’est acte est « complètement injustifié ». « C'est l'un des jours les plus tristes de ma vie, juste après celui où Elvis est décédé […] On ne peut pas y croire, nous sommes vraiment choqués », se désole-t-il à la chaîne d’info locale WMC5. A-t-il été surpris de voir ce type de message sur la propriété d’un chanteur pourtant touché par la lutte pour les droits civils des Noirs ?

Au contraire, pour Antonio Parkinson, représentant démocrate de Memphis, les critiques montrent surtout les opinions politiques des personnes qui s’indignent. Lui voit les choses d’un tout autre point de vue. « Quel est le vrai problème ici ? Chaque visiteur qui est venu à Graceland a écrit sur ce mur et il n'y a eu aucune plainte. Donc, vraiment, c’est CE qui a été écrit, pas le fait que cela ait été écrit », dit-il.

Située près de Memphis, la ville où a grandi Elvis Presley, Graceland est un véritable symbole pour les Américains. Il s’agit d’ailleurs de la deuxième résidence privée la plus visitée des Etats-Unis, après la Maison-Blanche. Cette semaine, la mairie de Memphis a décidé d’effacer les graffitis écrits dimanche soir. En novembre, Graceland accueillera la nouvelle édition de Miss USA, un concours cher à Donald Trump puisqu’il l’a un temps dirigé.

 
  • Les supporters de Trump n’en reviennent pas : ils sont dans le Capitole et ont stoppé la réunion des parlementaires.

    Le jour de honte des États-Unis

    Le dernier baroud de déshonneur du président Trump : envoyer ses partisans envahir le Congrès. La démocratie américaine a résisté.

  • Le charismatique fondateur d’Alibaba s’est «volatilisé».

    L’énigme Jack Ma: disgrâce d’un milliardaire chinois

    Le fondateur de l’empire Alibaba a disparu depuis octobre 2020. Une « volatilisation » inquiétante qui rappelle le sort d’autres hommes d’affaires réduits au silence par le pouvoir communiste. Mais où est donc passé Jack Ma ?

  • Une étude française récente montre que les chats domestiques s’attaquent à 200 espèces animales différentes.

    Mon chat, ce serial killer

    Super-prédateurs des jardins, nos matous ont un impact réel sur la biodiversité qui nous entoure. Ils tuent des milliers d’oiseaux ou de petits mammifères. Conseils.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern