«L’amour est dans le pré» version Covid ou le casse-tête des rencarts qui respectent les gestes barrières

«L’amour est dans le pré» version Covid ou le casse-tête des rencarts qui respectent les gestes barrières
M6

Cette année, les tournages pour les émissions de télévision ont été particulièrement compliqués à cause du coronavirus. Mais pour certains programmes, ces difficultés se sont fait particulièrement sentir. C’est le cas de « L’amour est dans le pré ». Car en effet, comment se rencontrer, voire former un couple, tout en s’assurant de ne pas contaminer l’autre ? C’est toute la question qui s’est posée à M6 pour cette 15e saison qui promet d’être assez spéciale.

Sécurité sanitaire maximale

L’influence du coronavirus se fera d’ailleurs ressentir dès le début de l’émission. Car impossible pour Karine Le Marchand d’aller trouver chaque candidat pour les conseiller en tête-à-tête. Il faudra désormais qu’elle les coache de loin, via son écran d’ordinateur. Et tant qu’à bouleverser les codes, la production a aussi décidé de faire une croix sur les traditionnelles lettres et photos dans lesquelles les agriculteurs découvrent leurs soupirants. Maintenant, cela sera remplacé par une simple missive invitant à se rendre à Paris pour connaître les prétendants au titre d’âme sœur.

A partir de ce moment-là, la crise sanitaire se rappelle tout particulièrement car évidemment, impossible de s’approcher. Pas de bisou, pas d’accolade, etc. Rien ! Même la table d’un mètre de long matérialise la distance de sécurité à respecter. Un candidat s’est malgré tout risqué à vouloir toucher la peau de sa potentielle future femme pour savoir si elle était douce. Mais immédiatement, Karine Le Marchand ramène un petit pot de gel hydroalcoolique pour éviter tout risque de contamination. Un peu spécial, mais les participants jouent le jeu, avec cela dit quelques éléments de déception. Le Huffington Post note par exemple qu’une candidate dit : « S’il n’y avait pas eu le coronavirus, je l’aurais serré dans mes bras ». Et tout cela sans compter le calendrier particulier de tournage imposé par le Covid-19 qui recoupe la période de moisson des agriculteurs.

Après cette rencontre se pose enfin évidemment la question de la formation réelle d’un couple. Impossible de continuer à respecter autant de précautions sanitaires. M6 a donc dû opter pour des tests administrés aux candidats et aux prétendants une fois que ceux-ci se sont choisis. Après, ils forment comme une nouvelle bulle sociale où ils peuvent (enfin) profiter de la vie normalement… du moins dans la mesure du possible en évitant que l’équipe de tournage ne soit un autre vecteur de contamination.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern