Des toilettes publiques pour des affaires très privées

Tearoom Tracks
Tearoom Tracks - Marc Martin

Elles n’appartiennent plus à nos villes. Les pissotières d’antan ont quasiment toutes disparu de nos trottoirs. Pourtant elles furent le théâtre de bien des aventures amoureuses pour une communauté homosexuelle longtemps persécutée. Aujourd’hui l’artiste multimédias Marc Martin, signe un beau livre « Les tasses » consacré à ces toilettes et organise une exposition. Pour nous, il y explore la visibilité des minorités et expose, plus ou moins clairement, une diversité de pratiques sexuelles. C’est que l’artiste préfère l’humainement exact au politiquement correct. En confrontant les notions de beauté et de répulsion, de bon et de mauvais goût, il repositionne le curseur de la tolérance, y compris au sein du cercle LGBTQI+.

Merci Monsieur
Merci Monsieur - Marc Martin

Comment est né votre intérêt pour les toilettes publiques ?

« Ça remonte à une dizaine d’années. Pour une série photographique sur les fantômes urbains, j’explorais les lieux abandonnés. Dans un petit village, je suis entré dans des anciennes toilettes publiques. Elles étaient fermées au public depuis les années 1980. Les graffitis dataient de cette époque. Leurs auteurs avaient peut-être disparu mais les traces de leurs fantasmes étaient restées là, au dos des cabines sur le carrelage jauni. En photographiant ces graffitis, j’ai été projeté dans une autre époque. Une époque où les hommes qui cherchaient à rencontrer d’autres hommes, n’avaient pas d’autre choix que celui de se retrouver, à l’abri des regards, dans l’anonymat des pissotières. (L’homosexualité en Belgique n’a été acceptée socialement qu’à partir de 1985 !) C’est donc la découverte de ces graffitis qui m’a lancé à la recherche de ce passé imparfait, celui des pissotières »

Pourquoi Paris les a-t-elle surnommées des « tasses » ?

« Dans les Années Folles (à Paris mais à Bruxelles aussi) les pissotières étaient circulaires, à trois places. Elles avaient une forme de théière. C’est sûrement ce qui a valu l’expression « faire les tasses » pour désigner ceux qui draguaient là. »

Bruxelles, contre l’église Sainte Catherine.
Bruxelles, contre l’église Sainte Catherine. - Marc Martin

Les toilettes publiques belges ont-elles une particularité ?

« Elles ont été construites sur le même modèle que celles de Paris. Cependant, d’après les archives de la ville de Bruxelles, celles autour de l’Hôtel de Ville ont vite été déplacées, jugées trop clinquantes. »

Quand sont-elles apparues ?

« Les premiers urinoirs publics sont apparus en 1834 à Paris et quelques années plus tard à Bruxelles. Elles furent un grand pas pour l’hygiénisme. Jusqu’alors, la population se soulageait dans les rues à tout vent. »

Place Saint Lambert à Liège en 1907
Place Saint Lambert à Liège en 1907 - collection Marc Martin

Sont-elles devenues immédiatement les lieux privilégiés pour des rencontres entre hommes ?

« Oui. L’homosexualité étant interdite à l’époque, les hommes qui cherchaient des rapports avec d’autres hommes entraient discrètement dans les pissotières avec l’alibi du besoin naturel. »

Des histoires d’amour y ont également commencé !

« Oui, toutes sortes de relations se sont nouées autour des pissotières. Une installation dans l’exposition donne la parole aux aînés. Certains d’entre eux racontent comment, malgré le côté glauque de ces endroits, ils y ont rencontré un ami pour la vie. Ces témoignages ont servi de murs porteurs à mon projet : faire parler ceux qui avaient coutume de ne pas faire usage de la parole en ces lieux : https ://vimeo.com/447967150 Ces témoignages sont aussi retranscrits intégralement dans mon livre. »

En 1944, un soldat américain dans un urinoir de Charleroi.
En 1944, un soldat américain dans un urinoir de Charleroi. - Marc Martin

Ce furent aussi des lieux politiques !

« Tous ceux qui avaient quelque chose à craindre ou à cacher se sont abrités là. Pendant la guerre, les pissotières ont permis aux résistants d’échanger discrètement des infos, des colis. Ils écrivaient à la craie sur la tôle ou sur l’ardoise des messages codés entre les graffiti salaces. »

Et des lieux où la publicité fit son apparition !

« Oui, les vespasiennes à la fin du XIXe siècle étaient éclairées au bec de gaz. Elles ont permis aux annonceurs publicitaires d’afficher leurs enseignes y compris la nuit. Brassaï, le photographe de l’interlope, les a immortalisées dans « Paris la Nuit ».

Ces toilettes permettaient aux hommes de satisfaire leurs besoins mais qu’en est-il des femmes… Comment faisaient-elles ?

« C’est une question soulevée dans l’exposition. Au sujet des urinoirs, et à juste titre, les femmes avaient très tôt revendiqué l´égalité des sexes mais n´ont pas été entendues. Pisser en ville au XIXe siècle reste une affaire de mecs qui renvoie aux prémices du féminisme et au questionnement sur les genres. Les premiers urbanistes assignaient aux femmes une fonction de passantes furtives dans la ville. Elles n’avaient pas à y faire leurs besoins. Encore moins gratuitement. »

Les toilettes publiques sont-elles encore des lieux de rencontres sexuelles  ?

« Aujourd’hui, la rencontre dans l’espace public a quasiment disparu. Il existe bien d’autres moyens, notamment les applications. Et c’est aussi parce ces pratiques appartiennent au passé qu’elles m’ont inspiré un livre et une exposition. Cette histoire – en marge de l’histoire convenue et convenable – a toujours été cachée voire dénigrée. Mon travail, comme un pont entre la mémoire et la fiction, invite l’art contemporain – souvent déconnecté de la réalité – à dialoguer avec le passé. LaVallée, centre d’art contemporain alternatif dans un ancien bâtiment industriel, est l’endroit idéal pour moi. »

Du 18 septembre au 3 octobre 2020 au Centre d’Art Alternatif Contemporain LaVallée, 39 rue Adolphe Lavallée, 1080 Molenbeek-Saint-Jean, Bruxelles, Belgique

du mardi au jeudi, 12 : 30 – 19 : 30

le vendredi et samedi, 12 : 30 – 23 : 30

le dimanche, 12 : 30 – 19 : 30

www.marcmartin.paris

instagram things_that_stink

Sur le même sujet
Sexualité
 
  • Grand séducteur, Claude François aimait les très jeunes femmes.

    Claude François, sa part d’ombre

    Trois ans après la révélation de l’existence de sa fille cachée, une nouvelle enquête dévoile le goût du chanteur pour de très jeunes fans.

  • Le travail d’intégration permet une meilleure scolarité pour les élèves «dys». La tablette est un outil très utile.

    Apprendre à maîtriser les troubles «dys»

    Les enfants qui souffrent de dyslexie, dyscalculie, dyspraxie… sont souvent considérés comme distraits, rêveurs, peu intéressés ou agités. Ils seraient entre 3 et 7 %.

  • Environ 15% des colis proviennent de vendeurs en ligne qui ne sont pas enregistrés auprès de l’Union européenne : la TVA et des frais sont alors dus par l’acheteur au moment de la livraison…

    Achats sur internet : gare aux taxes

    Des prix parfois multipliés par trois une fois la livraison effectuée. Désormais, tout ce qui vient d’un vendeur hors Union européenne est frappé par la TVA et des frais. Conseils.

  • Dans la peau de Gustave Eiffel

    Eiffel @WWEntertainment

    Le biopic sur l’ingénieur français a misé sur Romain Duris. Une idée surprenante si on compare le physique des deux hommes.

  • Isopix

    L’épopée du pop-corn

    L’histoire à table de la semaine.

  • En France, la corporation des couturières existe depuis la fin du XVIIe siècle.

    Petites histoires de la mode (6): de la couture au crépon

    Dans un livre aussi dense qu’une garde-robe qui déborde, Martine Magnin et Mathilde de Jamblinne nous parlent chiffons avec passion. Extraits.

  • André Franquin, caché derrière le dernier album de Gaston. Il a dessiné les aventures de ce drôle de personnage jusqu’en 1996.

    BD: tout Gaston Lagaffe

    « Soir mag » vous propose le recueil intégral des gags du plus célèbre employé de bureau de l’histoire de la bande dessinée. L’occasion d’en apprendre plus sur ce personnage emblématique créé par Franquin et sur la manière dont ce dernier le dessinait.