Une fête devenue «incontrôlable» dans le Parc de Bruxelles (vidéo)

Capture d’écran - Bruzz
Capture d’écran - Bruzz

Ce dimanche, les Bruxellois étaient dans les rues de la capitale pour profiter de la journée sans voiture. À vélo, en trottinette ou à pieds, chacun a pu profiter du beau temps. Et visiblement, certains ont poursuivi ce dimanche bon enfant avec une envie de fête. C’est ce qu’a constaté Bruzz qui publie un article dans lequel une vidéo montre des dizaines de personnes rassemblées au Parc royal. On y voit les gens danser sur des musiques de Lefto et Zwangere Guy au Kiosk Radio.

La vidéo est à découvrir sur le site deBruzz.be

Les organisateurs de la fête ont reconnu avoir « perdu le contrôle » de l’événement, « mais ce n’était certainement pas notre intention » : « Nous ne voulions pas donner le mauvais exemple ». Les vidéos montrent que les personnes présentes à cette fête endiablée ne portent qu’assez peu souvent le masque et ne respectent pas les mesures de distanciation sociale préconisées dans le cadre de la lutte contre la Covid-19. Tous les dimanches soirs, Lefto diffuse sa musique au Kiosk Radio du Parc de Bruxelles.

Interviewé par Bruzz, Nicolas Boochi, responsable des lieux, constate le problème : « Nous avons vu qu’il y avait beaucoup de gens d’autres villes que nous ne voyons pas les autres jours (…) Il y avait des gens avec et sans masque, et ils étaient très proches les uns des autres. Beaucoup pensaient que c’était le dernier jour d’été de l’année. Le désir de faire la fête une dernière fois était hors de contrôle ». La police est ensuite arrivée et la musique a été stoppée. Le gérant du Radio Kiosk l’assure : « Cela ne se reproduira plus ». À 22 heures, le parc était quasiment vide assure-t-on du côté du bar.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • 1-22278647_10155990153115934_2035067948_n-1

    Opération Shoe-Box: du bonheur en boîte

    À travers cette initiative solidaire, l’association Les Samaritains appelle à la générosité des Belges pour gâter, à leur manière, les personnes sans abri ou défavorisées.

  • Son père l’abandonne à six ans. Audrey Hepburn en restera angoissée pour la vie, cherchant l’affection auprès d’autres hommes. Une blessure qui ne se refermera jamais.

    Audrey Hepburn: une vie d’épreuves

    Derrière l’image glamour, tout en élégance et en charme, l’actrice soignait ses blessures. Un documentaire britannique de la réalisatrice Helena Coan révèle la part de souffrances et d’échecs personnels de la star.

  • Belgaimage

    Les chercheurs de pharaons (12)

    Dans un livre passionnant qui vient d’être réédité, Michel Duino retrace notamment la découverte du tombeau de Ramsès II. Un roman vrai qui se lit comme un polar. Nous publions cette partie de l’ouvrage sous forme de feuilleton.