À la télé ce soir: «The Passenger» ou «Ennemi d’État» (vidéos)

Belgaimage
Belgaimage

« The Passenger », à 21H05 sur TF1

Michael est un agent en assurance qui prend le train depuis dix ans pour aller travailler. Un matin, une femme s’installe près de lui. Elle lui lance un défi : découvrir un intrus monté à bord. S’il s’exécute, une récompense l’attend. Il ne se doute pas qu’il a mis le doigt dans un engrenage infernal…

« Ennemi d’État », à 22h45 sur 13ème Rue

Paisible et brillant avocat, Robert Clayton Dean se retrouve en possession d’une disquette établissant clairement la responsabilité d’un directeur de la NSA dans l’assassinat d’un député. Sa vie ne tarde pas à se lézarder de toutes parts. Placé sous surveillance, il est désormais manipulé comme un jouet…

Les étoiles de Dominique Deprêtre

« Au revoir là-haut », à 21H05 sur France 2 – quatre étoiles

d’Albert Dupontel (2017)

En adaptant le roman éponyme de Pierre Lemaître, gratifié du Goncourt 2013, l’acteur quinqua des Yvelines a parfaitement saisi l’occasion de démontrer qu’il est décidément devenu un très grand metteur en scène dont le goût de l’image, le sens du rythme et les trouvailles le placent désormais à la hauteur des plus grands, sans limite hexagonale. Tantôt dramatique, tantôt drôle, parfois même souvent les deux, ce récit combinant autant la faculté de l’intrigue que l’art du pamphlet n’est pas sans rappeler le meilleur de… Tim Burton.

« Le retour de Don Camillo », à 21H05 sur C8 – trois étoiles

de Julien Duvivier (1953)

Le deuxième et le plus savoureux des cinq titres joués par Fernandel et Gino Cervi sous la houlette du grand auteur lillois des « Pépé le Moko », « La belle équipe » et « Marie-Octobre ».

« Zero Dark Thirty », à 20H55 sur Arte – deux étoiles

de Kathryn Bigelow (2012)

Au-delà de son côté dénonciateur qui a déclenché une vive polémique aux States – la torture, sujet presque aussi tabou que la vente libre des armes à feu… –, l’avant- dernier film de la réalisatrice des « Démineurs » est une brillante démonstration de ce cinéma vérité qui semble aller avec un succès croissant à l’encontre des grosses machines hollywoodiennes à gros effets spéciaux. Ce style documentaire convient à merveille quand il s’agit d’exposer un fait historique encore chaud dans les esprits. Manquant de style et de souffle, il aura pourtant du mal à marquer sur le plus long terme.

« The Passenger », à 21H05 sur TF1 – deux étoiles

de Jaume Collet-Serra (2018)

Après « Sans identité » puis « Night Run », le réalisateur catalan signe sa troisième collaboration avec le grand Liam Neeson au service d’un récit quasi en temps réel, dont le rythme va crescendo jusqu’au bouquet final attendu et techniquement sans bavures. L’histoire, elle, reste très complexe et pour tout dire… un peu trop.

« Black Panther », à 23H10 sur TF1 – deux étoiles

de Ryan Coogler (2018)

1,3 milliard de dollars de recettes et ses 3,6 millions d’entrées en France… Pour son intronisation en solo, le héros le plus africain de la Marvel ne déçoit pas, si ce n’est par son caractère très classique. On s’attend évidemment à des suites autour du sympathique Chadwick Boseman.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • 1-22278647_10155990153115934_2035067948_n-1

    Opération Shoe-Box: du bonheur en boîte

    À travers cette initiative solidaire, l’association Les Samaritains appelle à la générosité des Belges pour gâter, à leur manière, les personnes sans abri ou défavorisées.

  • Son père l’abandonne à six ans. Audrey Hepburn en restera angoissée pour la vie, cherchant l’affection auprès d’autres hommes. Une blessure qui ne se refermera jamais.

    Audrey Hepburn: une vie d’épreuves

    Derrière l’image glamour, tout en élégance et en charme, l’actrice soignait ses blessures. Un documentaire britannique de la réalisatrice Helena Coan révèle la part de souffrances et d’échecs personnels de la star.

  • Belgaimage

    Les chercheurs de pharaons (12)

    Dans un livre passionnant qui vient d’être réédité, Michel Duino retrace notamment la découverte du tombeau de Ramsès II. Un roman vrai qui se lit comme un polar. Nous publions cette partie de l’ouvrage sous forme de feuilleton.