Cinéma: les frères Dardenne reçoivent le Prix Lumière

Les réalisateurs de « Rosetta » (1999) et de « L’Enfant » (2005), auteurs de onze longs métrages à la veine sociale, succèdent au cinéaste américain d’« Apocalypse Now » Francis Ford Coppola, honoré en 2019. Les frères Dardenne, « c’est l’un des plus beaux surgissements du cinéma contemporain. C’est une vision du monde, un style et une conviction. Un peu comme les Lumière d’ailleurs, dont ils sont, de ce point de vue, parmi les plus beaux descendants », avait récemment confié à l’AFP Thierry Frémaux, le directeur de l’événement.

Cette 12e édition, qui s’achève dimanche, a également rendu hommage au savoureux dialoguiste et scénariste français Michel Audiard, qui aurait eu 100 ans cette année, avec une rétrospective de ses films en copies restaurées. Parmi les grands noms du cinéma international, l’Américain Oliver Stone, invité d’honneur du festival, a dévoilé son autobiographie, « A la recherche de la lumière » (éd. L’Observatoire) tandis que son compatriote Viggo Mortensen présentait « Falling », son tout premier film en tant que réalisateur, et animait une masterclass.

Le festival lyonnais, présidé par Bertrand Tavernier, a aussi diffusé plusieurs avant-premières de longs métrages, qui auraient dû être montrés en mai à Cannes mais n’ont pu l’être en raison de la crise sanitaire, mais aussi une partie de « Cannes Classics », sa traditionnelle sélection de films dédiée aux classiques du cinéma. Cette sélection a notamment été l’occasion de découvrir une version restaurée de « In The Mood for Love » (2000), le chef-d’œuvre du réalisateur hongkongais Wong Kar-wai, lauréat du Prix Lumière en 2018.

Lancé en 2009 par l’Institut Lumière, dans le quartier de Lyon où fut inventé le cinématographe en 1895 et où fut tourné « La sortie de l’usine Lumière », premier film de l’histoire, le festival se déploie dans l’ensemble des salles de cinéma de l’agglomération. Depuis sa création, l’événement a aussi consacré la carrière de Clint Eastwood, Jane Fonda, Quentin Tarantino, Ken Loach, Milos Forman, Gérard Depardieu, Martin Scorsese, Catherine Deneuve et Pedro Almodóvar. Présenté comme le plus grand festival au monde consacré aux films classiques, il avait accueilli 200.000 spectateurs en 2019. Et malgré le Covid, les cinéphiles n’ont pas boudé leur plaisir cette année.

AFP

 
  • Quel avenir pour la monarchie britannique?

    Le prince William dépasse de 20% en popularité son père, le prince Charles. Montera-t-il pour autant sur le trône à sa place?

    Elizabeth II en deuil aura 95 ans ce 21 avril. Quel avenir pour la monarchie britannique ? Un sondage plébiscite William : il doit être le prochain sur le Trône d’Angleterre.

  • Anne-Françoise Rousseau, la cheffe de clinique (à droite), observe les paramètres vitaux d’un patient intubé. - Mathieu Golinvaux

    Le CHU de Liège réquisitionné dans la lutte Covid-19

    Au CHU de Liège, le Centre des brûlés s’est mué en unité de soins intensifs « classique » pour contrecarrer l’avancée du Covid-19.

  • Florence Aubenas est allée s’installer un an dans le village pour «comprendre» ce fait divers sanglant.

    Florence Aubenas explore une nouvelle enquête

    Florence Aubenas ausculte un assassinat sur lequel elle a enquêté pendant sept ans. Un fait divers qui entremêle la France dont on ne parle pas, une bonne dose de mystère et une gueule connue du cinéma.

  • Le Britannique a compris avant tout le monde qu’il pourrait s’enrichir grâce au cannabis thérapeuthique.

    Le cannabis, le nouvel or vert

    De plus en plus de pays autorisent le cannabis thérapeutique. Sur ce marché florissant, un Britannique s’impose. Entre excentricité agaçante et génie entrepreneurial, voici le (presque) milliardaire Maximilian White.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern