Cinéma: les frères Dardenne reçoivent le Prix Lumière

Les réalisateurs de « Rosetta » (1999) et de « L’Enfant » (2005), auteurs de onze longs métrages à la veine sociale, succèdent au cinéaste américain d’« Apocalypse Now » Francis Ford Coppola, honoré en 2019. Les frères Dardenne, « c’est l’un des plus beaux surgissements du cinéma contemporain. C’est une vision du monde, un style et une conviction. Un peu comme les Lumière d’ailleurs, dont ils sont, de ce point de vue, parmi les plus beaux descendants », avait récemment confié à l’AFP Thierry Frémaux, le directeur de l’événement.

Cette 12e édition, qui s’achève dimanche, a également rendu hommage au savoureux dialoguiste et scénariste français Michel Audiard, qui aurait eu 100 ans cette année, avec une rétrospective de ses films en copies restaurées. Parmi les grands noms du cinéma international, l’Américain Oliver Stone, invité d’honneur du festival, a dévoilé son autobiographie, « A la recherche de la lumière » (éd. L’Observatoire) tandis que son compatriote Viggo Mortensen présentait « Falling », son tout premier film en tant que réalisateur, et animait une masterclass.

Le festival lyonnais, présidé par Bertrand Tavernier, a aussi diffusé plusieurs avant-premières de longs métrages, qui auraient dû être montrés en mai à Cannes mais n’ont pu l’être en raison de la crise sanitaire, mais aussi une partie de « Cannes Classics », sa traditionnelle sélection de films dédiée aux classiques du cinéma. Cette sélection a notamment été l’occasion de découvrir une version restaurée de « In The Mood for Love » (2000), le chef-d’œuvre du réalisateur hongkongais Wong Kar-wai, lauréat du Prix Lumière en 2018.

Lancé en 2009 par l’Institut Lumière, dans le quartier de Lyon où fut inventé le cinématographe en 1895 et où fut tourné « La sortie de l’usine Lumière », premier film de l’histoire, le festival se déploie dans l’ensemble des salles de cinéma de l’agglomération. Depuis sa création, l’événement a aussi consacré la carrière de Clint Eastwood, Jane Fonda, Quentin Tarantino, Ken Loach, Milos Forman, Gérard Depardieu, Martin Scorsese, Catherine Deneuve et Pedro Almodóvar. Présenté comme le plus grand festival au monde consacré aux films classiques, il avait accueilli 200.000 spectateurs en 2019. Et malgré le Covid, les cinéphiles n’ont pas boudé leur plaisir cette année.

AFP

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • 1-22278647_10155990153115934_2035067948_n-1

    Opération Shoe-Box: du bonheur en boîte

    À travers cette initiative solidaire, l’association Les Samaritains appelle à la générosité des Belges pour gâter, à leur manière, les personnes sans abri ou défavorisées.

  • Son père l’abandonne à six ans. Audrey Hepburn en restera angoissée pour la vie, cherchant l’affection auprès d’autres hommes. Une blessure qui ne se refermera jamais.

    Audrey Hepburn: une vie d’épreuves

    Derrière l’image glamour, tout en élégance et en charme, l’actrice soignait ses blessures. Un documentaire britannique de la réalisatrice Helena Coan révèle la part de souffrances et d’échecs personnels de la star.

  • Belgaimage

    Les chercheurs de pharaons (12)

    Dans un livre passionnant qui vient d’être réédité, Michel Duino retrace notamment la découverte du tombeau de Ramsès II. Un roman vrai qui se lit comme un polar. Nous publions cette partie de l’ouvrage sous forme de feuilleton.