Matthew McConaughey révèle avoir été agressé sexuellement quand il était adolescent

Matthew McConaughey révèle avoir été agressé sexuellement quand il était adolescent
BelgaImage

Comme il le dit lui-même, il s’agit d’une confession qui « lui donne beaucoup de liberté ». Il faut dire que Matthew McConaughey avait beaucoup de choses à dire. De ce fait, l’acteur a mis toute sa vie par écrit dans une autobiographie dénommée « Greenlights » et publiée mardi dernier. Comme l’indique le titre, il y aborde les « feux verts » qui lui ont permis d’avancer dans la vie mais aussi les feux orange voire rouges qui l’ont freiné. Parmi ceux-ci, on découvre qu’il a été deux fois abusé sexuellement alors qu’il était encore adolescent.

« J’étais convaincu que j’allais aller en enfer »

Le premier de ces deux moments traumatisants est évoqué dès le début de l’ouvrage. Il y décrit ce qui est sa première expérience sexuelle puisqu’il n’avait que 15 ans. Et évidemment, ce n’était pas du tout consenti. Il explique aussi l’impact psychologique que cela a eu sur lui, ce qu’il a traduit au miroir de ses croyances religieuses. « On m’a fait chanter pour que j’aie ma première relation sexuelle à 15 ans. J’étais convaincu que j’allais aller en enfer pour avoir fait ça avant le mariage. Aujourd’hui, je suis juste à peu près sûr que j’espère que ce n’est pas le cas », écrit-il.

Mais le cauchemar ne s’arrête pas là. Trois ans plus tard, à l’âge de 18 ans, Matthew McConaughey est agressé sexuellement par un homme alors qu’il était « assommé à l’arrière d’un van ». L’acteur n’en dit pas plus et veut garder le reste de cet épisode traumatisant pour lui. Malgré cela, il se refuse de se voir comme une victime. « Je ne me suis jamais senti comme une victime. J’ai beaucoup de preuves selon lesquelles le monde fait en sorte que je sois heureux », clame-t-il.

Cette dernière phrase entre directement en résonance avec les autres parties plus réjouissantes de son livre. Car s’il a eu plusieurs moments durs, comme lorsqu’il a été témoin de la relation compliquée entre ses parents, il aborde aussi son parcours fulgurant à Hollywood. Il revient ainsi sur son succès dans les comédies romantiques, un genre qui lui a servi de tremplin mais duquel il a ensuite voulu se détacher pour se consacrer à d’autres styles cinématographiques. Il a été jusqu’à refuser un chèque de 14,5 millions de dollars en 2010 pour ne pas replonger dans ces rôles qui lui collaient à la peau. Pari gagnant puisqu’ensuite, il a pu jouer dans des grands films comme « Dallas Buyers Club », pour lequel il a reçu l’Oscar du meilleur acteur.

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern