Les 142 raisons de faire l’amour!

Les 142 raisons de faire l’amour!

Pourquoi fait-on l’amour ?

Mais pour avoir des enfants ! auraient répondu nos grands-parents !

Pour le plaisir ! auraient plutôt tendance à dire les femmes et les hommes d’aujourd’hui.

On ne niera pas que le plaisir est une excellente raison d’avoir des relations sexuelles mais elle n’est pas la seule. Bien au contraire, il y en aurait même pas moins de 142 si l’on en croit Cindy Meston et David Buss. Les deux psychologues de l’Université du Texas à Austin ont interrogé des milliers d’étudiants pour connaître toutes les motivations, les avouables comme les inavouables, qui les ont poussés à faire l’amour. Ils ont rassemblé les réponses – 715 explications au départ –, éliminé celles qui se répétaient et présentaient de petites différences, réinterrogé les étudiants sur ces motivations pour garder finalement 142 raisons de faire l’amour qu’ils ont intégrées dans le questionnaire « The Why have Sex Questionnaire » – aussi appelé YSEX (1) – utilisé dans de nombreuses études sexos pour sonder les motivations humaines à rencontrer l’autre intimement, évaluer les différences de motivations entre les genres, les cultures, les milieux sociaux, les âges…

Se rapprocher de Dieu et diminuer le mal de tête !

Voici quelques-unes des explications qui sont tantôt banales, tantôt plus surprenantes :

Je voulais me libérer de mon stress.

Je m’ennuyais.

Cela me semblait un bon exercice physique.

Je suis addict.e au sexe.

Je voulais faire l’amour pour avoir l’esprit libre et passer à autre chose.

La personne sentait bon.

La personne dansait bien.

La personne était tellement attractive que je ne pouvais résister.

Je voulais améliorer mon savoir-faire en la matière.

Je voulais voir ce que c’était que de faire l’amour avec une autre personne.

J’étais curieux.se de ce que la personne était dans un lit.

Je voulais me punir.

Je voulais réaliser un fantasme.

Je voulais avoir un job.

Je voulais avoir de l’argent.

Je voulais refiler mon IST, infection sexuellement transmissible, à quelqu’un.

Je voulais améliorer ma réputation.

Je voulais mettre fin à une relation.

Je voulais humilier la personne.

Je voulais me sentir plus proche de Dieu.

Je voulais rentrer dans une organisation et c’était la condition pour y être accepté.e.

Mes amis m’y ont incité.

La personne était célèbre et j’avais envie de pouvoir dire que j’avais couché avec elle.

Je voulais rendre une personne jalouse.

Je voulais brûler des calories.

Je voulais avoir chaud.

Je voulais un enfant.

Je voulais défier mes parents.

Je voulais être connecté.e à une autre personne.

Je voulais augmenter le lien émotionnel.

J’étais amoureux.se.

Je voulais que la personne se sente bien avec elle-même.

C’était une nouvelle étape naturelle dans notre relation.

Je voulais célébrer mon anniversaire d’une façon spéciale.

Je voulais booster l’estime de moi.

Je voulais me sentir puissant.e.

Je voulais me sentir séduisant.e.

Je ne voulais pas faillir à ma réputation en disant « non ».

J’étais en compétition avec quelqu’un pour coucher avec cette personne.

Je voulais contrôler la personne.

C’était une faveur.

Je voulais impressionner mes copains et copines.

Je voulais me venger de mon/ma partenaire qui m’avait trompé.e.

Je voulais rendre jaloux.se quelqu’un.

Je voulais me débarrasser d’un mal de tête.

La personne m’avait invité.e dans un restaurant pour un dîner hors de prix.

Je pensais que cela m’aiderait à m’endormir.

Je me sentais obligé.e.

J’ai été physiquement forcé.e.

Je me sentais coupable.

Je ne voulais pas décevoir.

Je voulais communiquer à un niveau plus profond.

Je voulais qu’il/elle arrête de m’embêter avec le sexe.

Je désirais une intimité émotionnelle.

Je voulais accueillir quelqu’un chez moi.

Je voulais diminuer l’envie de mon/ma partenaire d’aller voir ailleurs.

Je voulais éviter une rupture.

Je voulais que la personne m’aime.

Je voulais être gentil.le.

Je voulais que la personne m’aime…

Estime de soi et protection contre le partenaire

Vous l’avez compris, ces 142 raisons ne sont pas toutes fondamentalement différentes les unes des autres et divergent parfois d’un petit détail. Ces motivations peuvent être classées en 4 grandes catégories. La première est liée aux raisons physiques comprenant la réduction du stress, le plaisir, la désirabilité physique et la recherche d’expérience. La seconde est la réalisation d’objectif qui comprend les ressources, le statut social, la vengeance et l’utilitaire. La troisième catégorie est émotionnelle, intégrant l’amour, l’engagement et l’expression. Et la dernière liée à l’insécurité comprend le renforcement de l’estime de soi, le devoir / pression et la protection contre le partenaire.

Ces 142 raisons de faire l’amour disent la complexité des liens entre le corps et le cœur, entre le sexe et les sentiments comme le bien-être et les relations sociales. Tout se mêle, s’entremêle, se fragilise ou se renforce.

Mais si nous sommes tous et toutes différent.e.s, les deux chercheurs ont cependant constaté dans une étude (2) de 2007 ayant permis la mise en place du questionnaire Ysex que les hommes et les femmes partageaient bien des motivations communes puisque vingt des vingt-cinq principales raisons étaient les mêmes pour les deux sexes. Venaient d’abord l’attraction physique, puis l’envie d’avoir du plaisir et le fait de se sentir bien.

Les émotions n’étaient pas pour autant oubliées car le besoin d’ « exprimer son amour » et « de montrer son affection » figuraient parmi les dix premières motivations des femmes et des hommes à avoir des relations sexuelles. Ces dimensions sentimentales étaient cependant plus fortes chez les femmes – elles occupent les 4e et 5e rangs – que pour les hommes – 5e et 8e places. Ces différences s’expliquent par les conceptions patriarcales qui depuis la nuit des temps, conditionnements les femmes à lier sexe et sentiment et persuadent les hommes qu’ils ont une sexualité aussi forte que purement physiologique !

« Cette étude démonte néanmoins le stéréotype selon lequel les hommes font l’amour par pur désir charnel à la différence des femmes surtout motivées par leurs sentiments », ont d’ailleurs déclaré à l’époque les deux auteurs de cette recherche, Cindy Meston et David Buss, professeurs de psychologie à l’Université du Texas.

On notera que le désir de procréer n’arrive qu’en 55ème position des motivations citées pour avoir des relations sexuelles. Ce sont nos grands-parents et arrière-grands-parents qui doivent se retourner dans leurs tombes…

(1)The Why have sex ? Questionnaire, dans Handbook of sexuality, related measures, ed. Routledge, 2019 (4e édition) (2) Why humans have sex, Article de Cindy Meston et david Buss. Publié dans Archives of Sex Behavior en août 2007

Sur le même sujet
Sexualité
 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern