«Dix pour cent»: une star internationale à l’affiche «sans même avoir lu le scénario» (vidéo)

BelgaImage
BelgaImage

Ce mercredi 4 novembre, la série « Dix pour cent » frappe un grand coup : sur France 2, les téléspectateurs pourront découvrir un épisode consacré à Sigourney Weaver. Le cinquième épisode de cette quatrième saison se concentrera donc sur l’actrice américaine de 71 ans récompensée tout au long de sa carrière de deux Golden Globes et notamment connue pour ses rôles dans « Alien », « Avatar » ou « Working Girl ». Il faut dire que Dominique Besnehard, l’homme qui se cache derrière la série, a flairé le bon coup puisque la comédienne parle le français à merveille.

Et visiblement, Sigourney Weaver a accepté tout de suite l’invitation de « Dix pour cent », comme elle l'explique à 20 Minutes : « J’ai répondu oui sans même lire le scénario. C’est la première fois que je fais ça (…) Et j’ai vécu un moment magique. C’était l’une des meilleures expériences que j’ai jamais eues et j’en suis très reconnaissante ». Comme de coutume dans la série française, les guests incarnent leur propre rôle. Sigourney Weaver joue donc Sigourney Weaver.

Si elle n’a pas lu le scénario qu’on lui tendait, il y a bel et bien une histoire pour ce cinquième épisode. Et la voici : en arrivant à Paris pour tourner le prochain film de Guillaume Galliene, Sigourney Weaver découvre que ce n’est pas Gaspard Ulliel qui doit jouer son amant mais un acteur octogénaire. En colère, elle veut rentrer aux États-Unis. Voilà pour le pitch, qui ne fera bien sûr pas l’impasse sur les problèmes vécus par l’agence ASK.

« Une idée brillante »

Mais comment diable Sigourney Weaver a-t-elle eu vent de la série « Dix pour cent », dont les trois premières saisons sont disponibles sur Netflix : « Un ami français m’en avait parlé, peut-être au moment du milieu de la deuxième saison, et mon mari et moi l’avons donc regardé avec beaucoup d’intérêt. C’est une merveilleuse idée de passer en coulisses et de raconter les histoires de ces célèbres stars de cinéma qui ont toutes su se présenter sous leur vrai jour, ou du moins une version que nous avons pu apprécier. C’est une idée brillante et le casting est sublime ».

En plus du casting, elle explique à nos confrères à quel point cette fiction la touche particulièrement en tant qu’actrice : « Les agents aux États-Unis sont très curieux de voir à quel point les agents français sont impliqués et passionnés par leurs clients. C’est une bonne chose de leur rappeler qu’il ne s’agit pas que d’argent et de business mais d’une relation où l’on aide un acteur à faire de son mieux, à se dépasser, à vieillir… Des choses complexes qu’aucune histoire américaine n’a encore couvertes ». Gageons que les téléspectateurs seront convaincus par la prestation de cette star internationale. Le second épisode de la soirée – et le dernier de cette quatrième saison – s’intéressera lui à ASK bien sûr, mais aussi à Jean Reno.

 
  • Quel avenir pour la monarchie britannique?

    Le prince William dépasse de 20% en popularité son père, le prince Charles. Montera-t-il pour autant sur le trône à sa place?

    Elizabeth II en deuil aura 95 ans ce 21 avril. Quel avenir pour la monarchie britannique ? Un sondage plébiscite William : il doit être le prochain sur le Trône d’Angleterre.

  • Anne-Françoise Rousseau, la cheffe de clinique (à droite), observe les paramètres vitaux d’un patient intubé. - Mathieu Golinvaux

    Le CHU de Liège réquisitionné dans la lutte Covid-19

    Au CHU de Liège, le Centre des brûlés s’est mué en unité de soins intensifs « classique » pour contrecarrer l’avancée du Covid-19.

  • Florence Aubenas est allée s’installer un an dans le village pour «comprendre» ce fait divers sanglant.

    Florence Aubenas explore une nouvelle enquête

    Florence Aubenas ausculte un assassinat sur lequel elle a enquêté pendant sept ans. Un fait divers qui entremêle la France dont on ne parle pas, une bonne dose de mystère et une gueule connue du cinéma.

  • Le Britannique a compris avant tout le monde qu’il pourrait s’enrichir grâce au cannabis thérapeuthique.

    Le cannabis, le nouvel or vert

    De plus en plus de pays autorisent le cannabis thérapeutique. Sur ce marché florissant, un Britannique s’impose. Entre excentricité agaçante et génie entrepreneurial, voici le (presque) milliardaire Maximilian White.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern