Jill Biden, qui est la future Première dame des Etats-Unis?

Jill Biden, qui est la future Première dame des Etats-Unis?

Avec une vigueur semblant parfois dépasser celle de son époux, qui a longtemps limité ses déplacements, cette enseignante de 69 ans a multiplié les visites dans les Etats-clés, essentiels à la victoire démocrate le 3 novembre.

Elle appelle tous les Américains, «démocrates et républicains, ruraux et urbains», à se rassembler pour dépasser les clivages politiques, battre la pandémie et la crise économique.

«Nous ne sommes pas d’accord sur tout, ce n’est pas nécessaire, on peut toujours s’aimer et se respecter», affirme-t-elle dans un discours aux antipodes des diatribes du président sortant Donald Trump.

Elle montre aussi une image plus intime de Joe Biden, dont la vie a été frappée par des «tragédies inimaginables».

Jill Biden raconte notamment comment l’ancien vice-président de Barack Obama (2009-2017) avait trouvé la force de reprendre ses activités à la Maison Blanche, quelques jours seulement après la mort de son fils Beau, décédé d’un cancer du cerveau en 2015.

«Il a appris à guérir une famille, et de la même façon on guérit un pays: avec amour, compréhension, des petits gestes de gentillesse, du courage et un espoir inébranlable», lance-t-elle en écho aux crises frappant actuellement les Etats-Unis.

Joe et Jill Biden se sont mariés en 1977, cinq ans après une première tragédie, quand un accident de voiture avait emporté la première épouse du sénateur et leur fillette.

Encore petits, ses deux fils survivants, Beau et Hunter, avaient eux-mêmes suggéré à leur père d’épouser Jill, a raconté Joe Biden dans des mémoires, où il avait écrit: «Elle m’a redonné la vie».

Première dame du 21e siècle

Jill Biden avait interrompu sa carrière lorsqu’elle avait eu leur fille, Ashley, en 1981, mais avait ensuite repris ses études pour décrocher un doctorat en éducation.

Elle enseigne toujours dans une université du nord de la Virginie, près de Washington, où elle veut continuer à travailler sous la présidence de Joe Biden.

Sans compter Hillary Clinton, brièvement sénatrice à la fin du mandat de son mari Bill, elle deviendrait ainsi la première Première dame à poursuivre sa carrière professionnelle.

Jill Biden transformerait alors «à jamais les attentes et les limites» de la fonction, estime Kate Andersen Brower, auteure d’un livre sur l’histoire des Premières dames américaines.

«Elle fera entrer la fonction de Première dame dans le 21e siècle», ajoute Katherine Jellison, spécialiste de l’histoire américaine à l’université de l’Ohio, soulignant que «la plupart des Américaines doivent concilier vie professionnelle et vie de famille».

Elle s’est totalement investie dans la campagne de son mari, dès les primaires. Le candidat démocrate avait ainsi pris l’habitude de se présenter comme «le mari de Jill Biden».

Malgré sa fine silhouette, la prochaine «First Lady» avait repoussé, sans hésiter, une protestataire qui s’approchait de son époux lors d’un meeting à Los Angeles en mars.

Rare moment d’apaisement dans une campagne abrasive, le sénateur républicain et allié de Donald Trump, Lindsey Graham, a salué en Jill Biden «une personne remarquable» après son discours à la convention démocrate.

Solide aux côtés de son mari, elle a dénoncé les «calomnies» lancées par le camp Trump pour «détourner l’attention» au sujet des accusations récentes de corruption portées contre Joe et Hunter, cadet à problèmes qui a fait des affaires en Chine et en Ukraine lorsque son père était numéro deux de Barack Obama.

Elle est toutefois restée discrète face à l’accusation de viol dans les années 1990 faite par une femme, Tara Reade, que Joe Biden a catégoriquement nié.

Le président-élu s’est aussi vu reprocher d’avoir un rapport trop tactile avec des femmes, qui se sont plaintes de gestes trop envahissants. Jill Biden affirme ne voir qu’un comportement innocent de son mari, qui a admis avoir «appris» des déclarations de ces femmes jugeant leur espace intime envahi.

 
  • Quel avenir pour la monarchie britannique?

    Le prince William dépasse de 20% en popularité son père, le prince Charles. Montera-t-il pour autant sur le trône à sa place?

    Elizabeth II en deuil aura 95 ans ce 21 avril. Quel avenir pour la monarchie britannique ? Un sondage plébiscite William : il doit être le prochain sur le Trône d’Angleterre.

  • Anne-Françoise Rousseau, la cheffe de clinique (à droite), observe les paramètres vitaux d’un patient intubé. - Mathieu Golinvaux

    Le CHU de Liège réquisitionné dans la lutte Covid-19

    Au CHU de Liège, le Centre des brûlés s’est mué en unité de soins intensifs « classique » pour contrecarrer l’avancée du Covid-19.

  • Florence Aubenas est allée s’installer un an dans le village pour «comprendre» ce fait divers sanglant.

    Florence Aubenas explore une nouvelle enquête

    Florence Aubenas ausculte un assassinat sur lequel elle a enquêté pendant sept ans. Un fait divers qui entremêle la France dont on ne parle pas, une bonne dose de mystère et une gueule connue du cinéma.

  • Le Britannique a compris avant tout le monde qu’il pourrait s’enrichir grâce au cannabis thérapeuthique.

    Le cannabis, le nouvel or vert

    De plus en plus de pays autorisent le cannabis thérapeutique. Sur ce marché florissant, un Britannique s’impose. Entre excentricité agaçante et génie entrepreneurial, voici le (presque) milliardaire Maximilian White.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • DR

    Chasseurs de microbes (11)

    Du XVIIe siècle à Louis Pasteur, Paul De Kruif raconte dans un livre passionnant l’existence hors normes et les découvertes magnifiques de grands savants, pionniers de la science et bienfaiteurs de l’humanité.

  • DR

    Suzuki Across: le cadeau de Toyota

    Après le break Swace, un nouveau modèle vient enrichir un peu plus la gamme Suzuki. Et une fois encore, c’est un festival de premières. Le SUV Across est un petit événement.

  • DR

    La Jeep Compass encore plus européenne

    Découvrez d’autres nouveautés du monde automobile.