Le Français Vince Reffet, surnommé l’«homme volant», est mort à l’entraînement (vidéo)

BelgaImage
BelgaImage

L’« homme volant » français Vince Reffet, auteur d’exploits spectaculaires avec son acolyte des Soul Flyers Fred Fugen en vol en wingsuit ou en jetman (équipés de mini réacteurs), est mort mardi 17 novembre dans un accident lors d’un entraînement, a déclaré un porte-parole de Jetman Dubaï.

>Wingsuit: deux hommes réussissent le défi incroyable de rentrer dans un avion en plein vol (vidéo)

Vince Reffet, âgé de 36 ans, était connu pour être entré dans un avion en plein vol en 2017, mais aussi pour s’être élancé de la plus haute tour du monde, la Burj Khalifa (828 m) à Dubaï, en volant à côté d’un A380 de la compagnie Emirates ou à côté de la Patrouille de France en 2016. « C’est avec une tristesse inimaginable que nous annonçons le décès du pilote Jetman, Vincent (Vince) Reffet, qui est décédé ce mardi matin, 17 novembre, lors d’un entraînement à Dubaï », a déclaré à l’AFP le porte-parole de Jetman Dubaï, Abdallah ben Habtour.

« Un athlète talentueux »

« Vince était un athlète talentueux, et un membre très aimé et respecté de notre équipe. Nos pensées et nos prières vont à sa famille et à tous ceux qui l’ont connu et ont travaillé avec lui », a-t-il ajouté. L’accident, qui s’est produit sur la base Jetman dans le désert en périphérie de la ville, fait actuellement l’objet d’une enquête, a indiqué Abdallah ben Habtour. Les exploits du sportif, ancien membre de l’équipe de France de parachutisme et associé depuis 20 ans à Fugen (41 ans), sont devenus viraux au début de l’année, avec une vidéo de lui décollant du sol et s’envolant à 1.800 mètres d’altitude, une première mondiale.

Pour réaliser cet exploit, Vince Reffet avait été équipé d’une aile en fibre de carbone propulsée par quatre mini moteurs à réaction. Contrôlé par le corps humain, l’équipement permet au Jetman d’atteindre des vitesses de 400 km/h, de planer, de changer de direction et d’effectuer des loopings. L’équipe Jetman Dubaï comprend également un pilote émirati apprenti, Ahmed Al Shehhi.

« C’est quelque chose d’unique »

« C’est quelque chose d’unique, on est trois dans le monde (...) Il y a tout à faire, chaque chose qu’on fait est un truc nouveau », s’était réjoui Vince Reffet dans une interview à l’AFP en octobre. « On a tellement de rêves et la vie est tellement courte », avait confié le benjamin des Soul Flyers. Avec son acolyte Fred Fugen, Vince Reffet avait également traversé fin 2019 la célèbre Porte du Ciel - une ouverture de 130 m de haut pour 30 m de large, dans le parc montagneux du Mont Tianmen, situé dans la province de Hunan, dans le sud de la Chine.

AFP

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern