À la télé ce soir: la série belge «Invisible» ou «L’échange» (vidéos)

RTBF
RTBF

Invisible, à 20h55 sur La Une

Un ophtalmologue de renom devient mystérieusement aveugle à la suite d’une banale opération de la cataracte. Pourtant, c’est sa fille, Laurence, chirurgienne ophtalmologique qui pilotait l’opération. La situation vire au cauchemar pour la jeune femme qui est rongé par la culpabilité. Elle doit également affronter les accusations de son entourage professionnel et personne. Laurence est persuadée qu’il s’est passé quelque chose d’anormal pendant l’opération mais malheureusement personne ne la croit…

L’échange, à 20h55 sur Arte

En 1928, à Los Angeles, ville gangrenée par la corruption et la violence policières, le petit Walter Collins disparaît. Quelques semaines plus tard, le responsable de l’enquête annonce à sa mère qu’on l’a retrouvé. Stupéfaite, celle-ci découvre un enfant qui n’est pas le sien sur le quai de la gare…

Les étoiles de Dominique Deprêtre

L’échange, à 20h55 sur Arte – Trois étoiles

de Clint Eastwood (2008)

Sensationnelle reconstitution d’une énigme qui défraya la chronique de l’Oncle Sam à la fin des années vingt. Tout le génie du réalisateur s’y exprime dans le moindre détail, et même le jeu d’Angelina Jolie, d’ordinaire mielleusement mise à toutes les sauces commerciales, s’en trouve transcendé.

Nevada Smith, à 21h05 sur C8

de Henry Hathaway (1966)

À l’époque où triomphait déjà le western spaghetti, l’un des derniers grands classiques US avec Steve McQueen en tête d’un casting hors pair où figure notamment l’excellent Martin Landau.

Red Sparrow, à 22h50 sur France 2

de Francis Lawrence (2018)

Esthétiquement situable entre « Nikita » et « Atomic Blonde », ce récit tiré du roman d’un élève appliqué de John Le Carré se transforme en remake féministe de « La taupe », avec comme dans le modèle un épilogue joliment gardé… top secret jusqu’à la dernière minute et le traditionnel échange « sur le pont » ! Retour donc à la guerre froide quand même plutôt… chaude avec la jolie Jennifer Lawrence qui se joue avec grâce mais non sans sacrifice des Matthias Schoenaerts, Joel Edgerton, Ciarán Hinds et autre Jeremy Irons. Une belle réussite dans le genre, en dépit de certaines longueurs et de quelques séquences de torture un peu trop « appuyées ».

Quantum of Solace, à 21h05 sur France 2 – Deux étoiles

de Marc Forster (2004)

Le deuxième Bond de l’ère Craig et prédécesseur immédiat de l’encensé « Skyfall » bénéficie d’une mise en scène ultra spectaculaire, avec en apothéose la séquence de bagarre siennoise qui est un bijou de précision et d’esthétique ! Trop proche de la « Bourne Trilogy », son scénario – pourtant cosigné par le brillant Paul Haggis – est malheureusement banal et son « méchant » sans relief, incarné à côté de la plaque par Mathieu Amalric. Le moins bon des Bond – encore que ça se discute… – reste cependant un film qu’on aime voir et revoir.

Un homme idéal, à 22h25 sur 13e Rue – Deux étoiles

de Yann Gozlan (2015)

En usurpateur aux abois, Pierre Niney n’est pas loin de l’Alain Delon de l’incomparable « Plein soleil » de René Clément datant de… 1960. Contrairement à ce que semble vouloir affirmer le titre, tout n’est pas parfait dans la trame souffrant de l’une ou l’autre invraisemblance.

 
  • Céline Dion, la spirale infernale

    Le confinement pousse Céline à se recentrer sur ses deux jumeaux, Eddy et Nelson. Elle va mal, mais elle s’accroche.

    Depuis plusieurs mois, la star mondiale traverse de nombreuses épreuves : la perte de sa maman, une maladie incurable, une amitié particulière, la vente d’une maison…

Signé duBus
Signé Stéphane Bern