«C’est assez compliqué à gérer»: le pêcheur de coquilles Saint-Jacques qui affole la toile réagit au buzz (vidéo)

Capture d’écran - France 2
Capture d’écran - France 2

Depuis plusieurs jours, Tomy Journaux enflamme les réseaux sociaux. On ne compte plus les remarques d’internautes - de plus ou moins bon goût - qui vantent le physique avantageux de ce pêcheur de coquilles Saint-Jacques apparu dans un reportage de France 2 ce 19 décembre. Dans « 13h15 le samedi », on suivait les aventures du jeune homme du côté de Saint-Malo. CNews a retrouvé la trace de celui qui est devenu une star du web.

>Incroyable succès pour un pêcheur de coquilles Saint-Jacques sur les réseaux sociaux (vidéo)

Ce vendredi 25 décembre, Tomy Journaux a commenté cette soudaine notoriété, comme l’épingle Télé-Loisirs  : « C'était assez compliqué à gérer, j'ai beaucoup de demandes. Des demandes de prétendantes, principalement ». En plus de ce buzz sur son physique, le pêcheur se dit ravi de recevoir également « pas mal de demandes de gens intéressés pour travailler » ces coquilles Saint-Jacques prélevées avec soin, en respectant les fonds marins.

« J’ai une vie sérieuse »

Pour l’heure, Tomy Journaux n’a pas spécialement vu d’effets commerciaux sur les ventes de Saint-Jacques. Il espère cela dit que le reportage de France 2 « va sûrement changer pas mal de choses » dans les mois qui viennent : « Ça va offrir de nouvelles portes pour notre commerce. Il y a beaucoup de restaurateurs qui sont fermés mais qui comptent travailler de beaux produits de pêche durable quand ils vont rouvrir. D'avoir vu ce reportage, ils disent : ‘OK, c'est super, c'est des produits comme ça qu'on veut travailler’ ».

Ce n’est pas la première fois depuis le buzz que Tomy Journaux se confie à un média. Ce 24 décembre, il avait répondu aux questions de France Bleu. Il se disait alors « surpris par l’ampleur que tout cela prend ». « J’ai eu vent des commentaires, mon téléphone a coupé à cause de tous les messages. C’est complètement fou et ça va probablement mettre un coup de boost au commerce », révélait-il à nos confrères. Avant de décevoir bon nombre d’admiratrices : « Je n’ai pas besoin de prétendante. J’ai une vie sérieuse avec une petite femme superbe ».

 
  • Abus sexuels: le grand déballage

    Belgaimage

    Les affaires se multiplient. Les masques tombent. La parole se libère, pouvant aussi ouvrir la porte aux mensonges et règlements de comptes. Une révolution !

Signé duBus
Signé Stéphane Bern