Chimène Badi revient sur les critiques concernant son physique en début de carrière : « Ça a été d’une violence »

Belgaimage
Belgaimage

Si aujourd’hui Chimène Badi se sent bien dans sa peau, cela n’a pas toujours été le cas. Invitée dans l’émission de l’humoriste Jarry, « Le Jarry Show », la chanteuse a évoqué le début de sa carrière. Elle a avoué avoir souffert de nombreuses critiques et moqueries sur son physique, après avoir été révélée dans l’émission « Popstars » en 2002. Une période difficile à vivre, surtout en tant que jeune femme.

« À 18, 19 ans, tu ne t’en fous pas des critiques. Ces critiques vont beaucoup me déstabiliser. Ça a été d'une violence. Aujourd’hui, que je prenne ou perde 30 kilos, ça ne regarde que moi », a confié la chanteuse de 38 ans, rapporte 20 Minutes. Elle s’est également rappelée un événement traumatisant : « Quand j'ai commencé à mes débuts, une femme d'un certain âge m’a arrêtée dans une rue à Paris avec son mari alors que je marchais et m’a dit: ‘Vous chantez super bien mais c’est dommage que vous soyez moche’. Je n’ai pas trouvé les mots. J’avais 19 ou 20 ans. Je ne m'attendais pas à un truc aussi violent. Rien n’est sorti. J’ai eu envie de lui dire de n’en avoir rien à cirer. Aujourd’hui, j’ai envie de dire qu’il faut penser à soi. En pensant à soi, on peut encore mieux s’occuper des autres. C’est une philosophie à adopter absolument, surtout dans le monde dans lequel on vit aujourd’hui ».

Chimène Badi s’estime désormais assez forte pour ne pas tenir compte du regard des autres. C’est pourquoi elle conseille à ceux qui se sentent jugés sur leur physique de ne pas s’en préoccuper. « C’est une perte de temps. On est comme on est. La vie passe vite et tout peut s’arrêter du jour au lendemain. Elle peut être violente. Il faut profiter de la vie. Il faut avoir cette conscience », a-t-elle ajouté. Un beau message d’acceptation de soi.

 
  • Le prince Laurent bientôt indemnisé

    L’obstination de Laurent devrait finir par payer. Le Prince est dans son droit. C’est au monde politique de suivre.

    Reconnu dans ses droits à cinq reprises par la justice dans son procès contre la Libye, le frère du Roi se bat depuis 2014 pour récupérer les 48 millions d’euros dus. Le dossier doit se débloquer ce vendredi 22.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern