Omar Sy divise en parlant des violences policières à «Quotidien»: «Pourquoi est-ce qu'on n'a pas la justice?» (vidéo)

Omar Sy divise en parlant des violences policières à «Quotidien»: «Pourquoi est-ce qu'on n'a pas la justice?» (vidéo)
BelgaImage

Ce lundi, Yann Barthès avait l’honneur de recevoir sur son plateau de « Quotidien » un invité de marque : Omar Sy. Le but principal de sa venue était la sortie cette semaine de la série « Lupin » sur Netflix. Mais finalement, c’est un tout autre sujet qui a fait le plus parler. A un moment, le présentateur lui demande de rebondir sur une interview que l’acteur avait accordée au « Nouvel Observateur » sur les violences policières. S’ensuit une séquence mêlant à la fois émotion et indignation.

« Il y a des choses qui me bouleversent »

Le sujet des violences policières est d’autant plus brûlant qu’hier avait lieu les commémorations à la mémoire de Cédric Chouviat, un homme tué lors d’un contrôle routier il y a un an. Sur les quatre policiers impliqués, trois ont été mis en examen pour homicide involontaire et un a eu le statut de témoin assisté. Mais la tension est toujours palpable, surtout que le souvenir des manifestations contre les violences policières de juin dernier est encore dans tous les esprits.

C’est à ces deux événements qu’Omar Sy fait ici référence sur TMC. « Quand j'ai vu ce qu'il s'est passé cet été, c'était très particulier. Et là, on vient de voir cette jeune fille… Ça me fait des trucs de la voir qui reprend les mots de son père. Je suis désolé, je ne suis pas insensible à ça. Je suis un bonhomme comme les autres. Il y a des choses qui me bouleversent, je suis un père, ça me bouleverse de voir une fille qui met ses études de côté parce qu'il faut qu'elle défende son père, parce qu'elle demande la justice », dit-il.

Ensuite, il questionne directement la persistance de la question des violences policières. « Je pose la question : 'Pourquoi on n'a pas la justice ? Pourquoi on ne peut pas discuter ? Pourquoi il se passe ça ? Pourquoi de l'autre côté tu as des mecs qui tabassent des flics ? Pourquoi ?' Y a bien un problème, on le sait. Maintenant, est-ce qu'on fait quelque chose ou chacun dit 'c’est la faute des uns, des autres' ? C'est la faute de tout le monde. À partir du moment où il se passe ça, on est tous un peu responsables. Moi je dis juste : 'Qu'est-ce qu'on fait les gars ?' Je me pose juste la question, après, évidemment, je n'ai pas la réponse », ajoute-t-il.

En commentaire de la vidéo, mise en ligne par « Quotidien », plusieurs internautes ont fait part de leur soutien à Omar Sy, en disant partager son ressentiment. D’autres par contre estiment que son avis n’est pas le bienvenu puisqu’il réside aux Etats-Unis et pas en France. Mais Omar Sy, déjà la cible par le passé de la même critique, avait prévu le coup en leur répondant sur le plateau même de Quotidien : « Pour certains je ne suis pas légitime, je m'en ‘cague’. Je réagis, c'est tout. Parce que ça me fait des trucs », conclut-il.

 
  • PhotoNews

    Affaire Laurent: le jeu trouble du MR

    Les partisans du blocage font traîner les choses à l’ONU. Qui sont les ennemis du Prince ? Révélations.

  • Sur le tarmac de la base militaire d’Andrews, le 45e Président et son épouse Melania sont accueillis par les enfants Trump en haie d’honneur. Donald compte sur eux pour prendre la relève en cas de «problème». De droite à gauche: Ivanka et son époux Jared, Eric et sa femme Lara, Donald Jr et sa petite-amie Kimberly, ainsi que Tiffany et son boyfriend Michael. Les enfants sont ceux d’Ivanka et Jared. Manque Barron, le plus jeune fils de Donald, qui est déjà à bord d’Air Force One. Il n’a pas souhaité assister au discours d’adieu de son Président de père.

    L’avenir du clan Trump

    Si Donald Sr ne fait pas le come-back espéré par des dizaines de millions de Trumpistes, Donald Jr et Ivanka sont prêts à prendre la relève.

  • La parution du livre de Camille Kouchner révélant un cas d’inceste dans sa famille a provoqué des centaines de témoignages similaires sur les réseaux sociaux.

    Inceste, le dernier tabou

    L’affaire Duhamel en France provoque des centaines de témoignages. En Belgique aussi, les victimes parlent davantage.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern