Une Belge partie au ski revient positive au Covid-19 et provoque la quarantaine de 5.000 personnes

Une Belge partie au ski revient positive au Covid-19 et provoque la quarantaine de 5.000 personnes
BelgaImage

Pendant les vacances de Noël, malgré les avertissements du gouvernement, près de 100.000 Belges sont partis à l’étranger. En théorie, à leur retour, ils auraient dû se mettre en quarantaine et faire des tests. Mais certains n’ont pas respecté ces mesures. Parmi ceux-ci, il y a une mère d’Edegem, près d’Anvers. Elle a ramené le variant britannique et depuis, les autorités font tout pour réparer son erreur.

Une chaîne de dominos

Le 19 décembre dernier, cette femme voulait vraiment partir au ski, malgré les fermetures des remontées mécaniques dans presque toute l’Europe. Mais en Suisse, qui a joué cavalier seul pour le coup puisqu’étant en-dehors de l’Union européenne, les stations étaient ouvertes. Elle s’y est donc rendue. Quand elle est revenue en Belgique, en théorie, elle devait faire sept jours de quarantaine et deux tests. Sauf qu’elle ne l’a fait qu’à moitié. Se sentant en confiance après un premier test négatif, elle a accueilli sa fille chez elle.

Mais quelques jours plus tard, quand vient l’heure de faire le deuxième test, il s’avère que le résultat est positif. Pire : il s’agit du variant britannique, beaucoup plus contagieux. Le problème, c’est que la fille est retournée entre-temps chez son père puis a été à l’école, vu qu’elle n’avait aucun symptôme. Mais peu après, les premiers symptômes apparaissent. Elle est positive, comme son père. Ensuite, une autre fille de l’école et sa mère, enseignante dans un autre établissement scolaire, ont été contaminées. Les deux écoles ont donc décidé de fermer leurs portes et toutes les personnes liées ont dû se mettre en quarantaine.

« Si tout le monde respectait les règles, on ne serait pas dans une telle situation. Des milliers de personnes doivent rester en quarantaine en raison de la négligence de certains », s’est énervé le bourgmestre d’Edegem. « J’espère que ce n’est pas trop tard. Le nombre d’infections dans notre commune ne semble pas avoir augmenté de manière significative pour l’instant. Mais je crains une augmentation de ces chiffres dans la semaine ».

 
  • Quel avenir pour la monarchie britannique?

    Le prince William dépasse de 20% en popularité son père, le prince Charles. Montera-t-il pour autant sur le trône à sa place?

    Elizabeth II en deuil aura 95 ans ce 21 avril. Quel avenir pour la monarchie britannique ? Un sondage plébiscite William : il doit être le prochain sur le Trône d’Angleterre.

  • Anne-Françoise Rousseau, la cheffe de clinique (à droite), observe les paramètres vitaux d’un patient intubé. - Mathieu Golinvaux

    Le CHU de Liège réquisitionné dans la lutte Covid-19

    Au CHU de Liège, le Centre des brûlés s’est mué en unité de soins intensifs « classique » pour contrecarrer l’avancée du Covid-19.

  • Florence Aubenas est allée s’installer un an dans le village pour «comprendre» ce fait divers sanglant.

    Florence Aubenas explore une nouvelle enquête

    Florence Aubenas ausculte un assassinat sur lequel elle a enquêté pendant sept ans. Un fait divers qui entremêle la France dont on ne parle pas, une bonne dose de mystère et une gueule connue du cinéma.

  • Le Britannique a compris avant tout le monde qu’il pourrait s’enrichir grâce au cannabis thérapeuthique.

    Le cannabis, le nouvel or vert

    De plus en plus de pays autorisent le cannabis thérapeutique. Sur ce marché florissant, un Britannique s’impose. Entre excentricité agaçante et génie entrepreneurial, voici le (presque) milliardaire Maximilian White.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • William Leymergie publie son premier roman

    Aujourd’hui présentateur de «William à midi» sur C8, William Leymergie publie également sonpremier roman.

    Actuel journaliste-animateur de C8, William Leymergie, qui fut longtemps l’âme de « Télématin » (France 2), surprend en nous emmenant sur un terrain où on ne l’attendait pas. Un roman de caape, d’épée et d’amour.