Un glouton a été observé dans le parc de Yellowstone, une première en 10 ans (vidéo)

La population des gloutons est estimée à 300 individus aux États-Unis
La population des gloutons est estimée à 300 individus aux États-Unis - BelgaImage

Le parc de Yellowstone avec ses 9.000 kilomètres carrés de superficie est l’un des plus grands et des plus anciens parcs des États-Unis. C’est aussi une réserve avec une biodiversité impressionnante et très étudiée. Des pièges photographiques sont disposés un peu partout pour pouvoir y mener des études. Alors que les dispositifs devaient permettre de surveiller la population des pumas, les caméras ont pu aussi capturer les images d’un glouton courant dans la forêt. Parmi les ours, les loups, les coyotes, les cerfs, les bisons et les wapitis, l’apparition du glouton est remarquable pour le parc de Yellowstone. Ce sont en effet les premières images depuis la mise en place du dispositif depuis 2014. Une étude menée en 2006 et 2009 avait permis d’observer sept gloutons mais impossible de savoir si ce sont les mêmes individus que cette année.

Un animal devenu rare

Le glouton, ou carcajou ou bien wolverine en anglais, est décrit comme un animal solitaire, féroce et vorace. Il a aussi tout l’attirail avec ses longues griffes au bout de ses pattes robustes, sa mâchoire puissante et sa fourrure dense jusqu’au bout de la queue pour résister au froid. Selon l’US Fish and Wildlife Service (US FWS), la population de glouton est très fragmentée mais surtout réduite. Elle est estimée à 300 individus aux États-Unis. Les images sont importantes : « Les gloutons sont tellement rarement observés et évoluent dans des terrains tellement reculés et avec de faibles densités, qu’évaluer la population est difficile et des déclins soudains pourraient passer inaperçus pendant des années » explique le site du National Park Service.

L’espèce n’est toujours pas classée protégée

Malgré les demandes répétées des ONG de conservation, l’US FWS estime que la population de glouton n’est pas en péril pour autant et a déclaré en octobre 2020 qu’elle était stable et « en bonne santé ». Cette décision n’est pas acceptée par tout le monde. Timothy Preso, avocat de Earthjustice, l’une des ONG de conservation explique dans un communiqué : « De récentes informations scientifiques ont clairement indiqué que les gloutons étaient menacés par la destruction de leur habitat neigeux causée par le changement climatique ».

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern