La plus ancienne brasserie au monde aurait été découverte en Égypte

BelgaImage
BelgaImage

Cette brasserie était brassée sur un site funéraire qui remonte « probablement à l’ère du roi Narmer », son règne remonte il y a plus de 5.000 ans, annonce Mostafa Waziri, secrétaire général du Conseil général des antiquités égyptiens dans un communiqué posté sur Facebook. C’est ce roi qui a notamment unifié la Haute et la Basse-Égypte et est considéré comme le fondateur de la Première dynastie de pharaons.

La découverte est le résultat de la mission archéologique égypto-américaine, dirigé par Matthew Adams de l’Université de New York et Deborah Vischak de l’Université de Princeton. cette mission n’est pas partie chercher à cet endroit par hasard. Au début du XXe siècle, une équipe britannique avait fait des découvertes qui semblaient mener sur la piste d’une brasserie dans le secteur. Ils n’avaient pas été en mesure de la trouver.

Une production de masse

Le lieu rassemble huit zones, a priori utilisées comme des « unités de production », chacune comprenant environ 40 bassines en terre cuite. Un mélange de grains et d’eau était chauffé dans de grands récipients permettant la production de 22.400 litres de bières « en même temps » selon les estimations du docteur Adams. Les chercheurs proposent l’hypothèse que cette brasserie « a pu être construite à cet endroit spécifiquement pour les rituels royaux qui avaient lien à l’intérieur des sites funéraires des rois d’Égypte ».

BelgaImage
BelgaImage

Des fragments pas seulement présents en Égypte

Des fragments de poteries utilisées par les Égyptiens, vieilles elles aussi de plus de 5.000 ont été découvertes il y a quelques années sur un chantier de Tel-Aviv. Il est important de rappeler que le commerce était très important dans tout bassin méditerranéen et pouvait descendre très profondément dans le continent africain, même par-delà le Sahara grâce aux routes caravanières.

De nombreux temples et sites archéologiques apparaissent aujourd’hui au fil des recherches dans la province de Sohag. Les céramiques et les architectures en dures sont les vestiges de l’histoire qui résistent le mieux et temps et qui permettent bien souvent de livrer une histoire beaucoup plus large qu’on ne pourrait le pense. Ces découvertes représentent aussi un grand intérêt économique pour l’Égypte et pourraient permettre de relancer le tourisme.

BelgaImage
BelgaImage

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern