Ces positions sexuelles ont un impact sur la qualité de votre sommeil

Belgaimage
Belgaimage

Si vous adorez faire des galipettes avant d’aller dormir mais que vous ne dormez pas très bien par la suite, sachez que certaines positions sexuelles ont un impact sur la qualité de votre sommeil, en augmentant la durée du sommeil paradoxal. C’est en tout cas ce que conclut une étude menée par le site britannique « The Dozy Owl », spécialiste des nuits réparatrices.

L’enquête a été menée sur 1.652 participants qui ont porté un moniteur de sommeil avant d’aller dormir, et plus précisément après avoir fait l’amour dans une position indiquée par les chercheurs à la base de l’étude. Sur une durée de trois mois, les intervenants ont dû tester 25 positions sexuelles définies.

Les résultats publiés par Metro UK ont révélé que, dans l’ensemble, le sexe avant le coucher augmentait le sommeil paradoxal (dernier cycle du sommeil) des hommes de 10 % de plus que celui des femmes. En ce qui concerne les positions, c’est la levrette qui a le plus gros impact sur l’augmentation de la durée de cette dernière phase de sommeil, avec une hausse de 43 %. Viennent ensuite les positions du lotus (39 %), de l’aigle déployé (35 %) et du pont (30 %).

Bien que l’étude ne précise pas pourquoi ces positions favorisent un sommeil plus réparateur, d’autres sont à proscrire en cas d’insomnie. Le tire-bouchon semble diminuer le sommeil paradoxal de 26 %. Tout comme le 69 (-22 %), l’araignée à égalité avec le sexe debout (-17 %), ainsi que le missionnaire (-9 %). Vous voilà prévenus !

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern