Face aux accusations de racisme dans la famille royale, le «premier Lord-Lieutenant noir de la reine» s’exprime

BelgaImage
BelgaImage

C’est dans le Daily Mail, que Sir Kenneth Olisa, « premier Lord Lieutenant noir de la reine » publie une tribune. Il y aborde la question du racisme dans la famille et explique pourquoi, selon lui, la famille royale n’est pas raciste.

L’homme officie comme représentant officiel de la reine Élizabeth II à Londres depuis 2015, un poste très ancien comme il l’explique dans sa tribune. Il est aussi homme d’affaires et philanthrope, né d’une mère anglaise et d’un père nigérien.

« Nous ne connaissons pas le contexte »

Sir Kenneth Olisa commence sa tribune en rappelant que le contexte des événements qui ont poussé à parler de racisme n’était pas connu. Il met en avant sa propre expérience et comment lui et sa femme, se sont vus demander la couleur de leur futur enfant. Pour lui la question a été posée dans un « esprit d’intérêt bénin » par sa belle-mère, peu avant la naissance de leur première fille en 1980. Il précise qu’il est noir et que sa femme est blanche.

Il explique : « (La belle-mère) demandait de la même façon que n’importe qui pourrait le faire : est-ce que le bébé aura les cheveux de sa mère ou le nez de son père ? Il n’y a aucune offense voulue ni prise ».

Ainsi écrit-il : « Le contexte de cette conversation était celui d’une famille aimante, qui souhaitait résoudre la question de la couleur de la laine qu’elle devait acheter – ce qui prouve bien qu’à moins de donner le contexte et l’intention des gens, il faut garder l’esprit ouvert ».

« J’ai eu le privilège de rencontrer tous les membres de la famille royale »

Sir Kenneth Olisa insiste, pour lui, les membres de la famille royale sont charmants et inclusifs. Il ajoute que « la souveraine agit comme un point d’ancrage pour l’identité nationale, l’unité et de fierté. Elle donne un sens de stabilité et de continuité. Son lien et son affection pour le Commonwealth, nous rappellent son affiliation à tous ses sujets, peu importe la couleur ou les croyances ».

Il raconte son enfance dans les quartiers pauvres de Nottingham depuis sa naissance en 1951. Il ajoute : « évidemment que j’ai connu le racisme et les préjugés. Je me souviens que c’était la période après le Windrush (des milliers de personnes originaires des Caraïbes étaient menacées d’expulsion par le Royaume-Uni, ndlr), les maisons d’habitations communes barraient leurs portes aux « noirs et aux Irlandais » ».

Il assure que bien qu’il fasse part de son impression, il rajoute : « mais elle est partagée par les milliers de personne que j’ai vu réagir à la « poussière de fée » que répandent les visiteurs royaux sur ceux qu’ils rencontrent ».

Un combat qui reste à mener

Sir Kenneth Olisa ne nie pas que le racisme reste encore très présent au Royaume-Uni, pour autant la famille royale n’est pas raciste, selon lui. Il explique aussi les conséquences des propos tenus par Meghan Markle lors de l’interview : « À la lumière de cette interview, je me sens désespérément triste qu’après que notre réponse collective au Covid ait fait briller si chaleureusement les valeurs britanniques de la communauté, la nation est maintenant en grave danger d’être divisée par la question du racisme ».

Il conclut sa tribune sur la famille royale : « Durant mes années à travailler à leurs côtés, je n’ai jamais rencontré un soupçon de racisme. Au contraire, ils s’efforcent de réparer les failles plutôt que de les créer ».

 
Signé duBus
Signé Stéphane Bern