Accueil Actu Stars

Pour Jean Dujardin, le tournage d’«Un gars, une fille» était un «enfer»

Il décrit un environnement de travail étouffant, au point que les deux acteurs de la série ont dû négocier après trois saisons pour que cela change.

Temps de lecture: 2 min

Elle n’en a pas l’air sous son ton humoristique mais faire la série « Un gars, une fille » était loin d’être une sinécure. C’est ce que déclare Jean Dujardin interrogé par le magazine « Running Heroes », en revenant sur les coulisses de cette série. Il dépeint les difficultés qu’il a connues à l’époque comme un « enfermement » qui ne manquait pas de ruiner son moral.

Un besoin de voir la lumière du jour

Comme les téléspectateurs peuvent le voir, la majorité des scènes étaient tournées dans un appartement, et la cadence de travail était telle que les possibilités de sortir pour prendre l’air étaient très réduite, raconte l’acteur. A tel point qu’il parle d’un « enfer ». « C’est pour cela qu’à la troisième saison, on a négocié des voyages et des extérieurs, après trois ans de cuisine et de salle de bains. Quand, en une journée, tu fais trois épisodes dans un pieu et que tu rentres te coucher le soir chez toi, je peux te dire que tu ne trouves pas le sommeil tout de suite », explique-t-il. C’est donc notamment pour cela qu’au fil du temps, on peut voir Chouchou et Loulou à l’étranger, à la mer ou à la montagne.

Ce n’est pas la première fois que les deux acteurs principaux révèlent les dessous de la série. En 2018, Alexandra Lamy confiait à la DH les injustices dont elle était victime sur le tournage. « Je ne touchais que le tiers du salaire de Jean, alors que la série était produite par trois femmes et qu’on avait une directrice des programmes. Jean s’est rendu dans le bureau des productrices et a exigé que je gagne la même chose que lui, sinon il quittait le programme », a-t-elle déclaré.

Notre sélection vidéo
Sur le même sujet

Aussi en Stars

Voir plus d'articles

À la Une