Alain Berenboom: «Ce pays est en train de partir en morceaux»

S. Piraux
S. Piraux

Pour ce polar très belge, vous puisez dans vos souvenirs personnels de vieux Bruxellois : par goût des expressions savoureuses ?

Dans mon enfance, le brusseleer n’était pas une langue artificielle qu’on n’entend plus aujourd’hui qu’au délicieux Théâtre de Toone. Il se parlait dans ma rue à Schaerbeek, dans un mélange de français et de bruxellois déformé. On recevait une rammeling quand on osait se servir de ce qui était notre sabir naturel. J’aime ce parler,...

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€5€ pour 1 mois
(sans engagement de durée contractuelle)
J'en profite
1€ pour 24h
 
J'achète