Accueil Actu Soirmag

Les Belges, champions de la mauvaise conduite en Europe

Première place pour les Belges, une position qui ne fera aucun envieux.

Temps de lecture: 2 min

D’après le nouveau baromètre européen de la Fondation Vinci Autoroutes, 8 conducteurs belges sur 10 se permettent des écarts vis-à-vis du code de la route. Sur les onze pays européens étudiés, c’est à la première place que se hisse facilement la Belgique. Ce sondage est annuel et vise à étudier le comportement des Européens au volant.

Les Belges ont tendance à s’arranger très souvent avec des points importants du code de la route. Ils sont 60 % à ne pas s’arrêter à un stop ou bien à ne pas ralentir dans les zones de travaux. C’est tout de même plus de la moitié des automobilistes. Vias, qui partage cette étude explique : « 60 % d’entre eux justifient ce non-respect par le fait même que ces règles ne sont pas cohérentes (…) 30 % des conducteurs pensent même que certaines règles sont uniquement destinées à donner des sanctions ».

Peur des amendes

Autre élément qui n’est pas rassurant, si les Belges décident de respecter les règles, c’est bien souvent pour éviter une amende plutôt que pour se protéger ou protéger les autres. « Nulle part ailleurs qu’en Belgique, l’argent ne constitue une telle source de motivation pour respecter le code de la route » ajoute Vias.

Manque de patience

Enfin pour en rajouter encore un peu, bon nombre de Belges ont du mal à garder patience derrière le volant. Ce qui s’observe notamment lorsqu’il faut céder la priorité ; un Belge sur deux force par manque de patience. Vias note que les conducteurs belges ont tendance à trop interpréter les règles dans leur sens. L’argent est un moteur pour 20 % d’entre eux.

L’institut souhaite que des solutions soient trouvées pour améliorer la vie sur la route : « Pour améliorer la sécurité routière dans notre pays, nous devons rechercher d’autres facteurs de motivation intrinsèques et informer les gens sur les conséquences possibles d’un comportement au volant incorrect. Aujourd’hui, on ne prend plus la route, on la partage ».

Notre sélection vidéo
Sur le même sujet

Aussi en Société

Voir plus d'articles

À la Une