Des journalistes de «Quotidien» pris à partie dans des séquences ahurissantes (vidéos)

Capture d’écran - «Quotidien»/Twitter
Capture d’écran - «Quotidien»/Twitter

Ce sont des scènes ahurissantes qu’une équipe de « Quotidien » a rapportées lundi 24 mai lors d’une manifestation organisée par des personnes opposées aux vaccins. La manifestation avait lieu sur l’esplanade du Trocadéro et le reportage a été diffusé lundi soir. Il y a de tout dans ce reportage : Jean-Marie Bigard qui insulte tour à tour les personnalités politiques, les journalistes pris à partie par le public, insultés de « collabos » mais surtout menacé avec cette phrase : « Vous avez de la chance qu’on ne vous lynche pas ».

Lors de cette manifestation, de nombreux parallèles ont été faits entre la façon dont est gérée cette crise et le sort réservé aux juifs lors de la Seconde Guerre mondiale, traitant les politiciens de « nazis » et les journalistes de « collabos ».

Pendant le reportage, l’équipe de Yann Barthès va à la rencontre de Jean-Marie Bigard, désormais connu pour son implication dans des théories complotistes. Une fois n’est pas coutume, l’homme s’est mis à hurler et insulter les coupables selon lui : « Quand je lis dans le journal que les gens qui ne sont pas vaccinés seront défavorisés… Comment peut-on dire un truc pareil ? Pour un vaccin pourri  ! ». Lors de son passage sur l’estrade, il n’hésite pas à insulter Agnès Buzyn de « grosse connasse », même chose pour Olivier Véran. Le public rit de bon cœur.

Les journalistes insultés

Un peu plus tard, dans la foule, le journaliste de continuer son travail. Des personnes dénoncent le passeport vaccinal. L’un des participants à la manifestation s’emporte et déclare : « Le passeport sanitaire a été mis en place par des nazis, Monsieur et vous, vous êtes un journaliste collabos, c’est tout  ! ». D’autres crient : « Ils veulent l’Holocauste 2 ». Cette comparaison a aussi été faite par Jean-Marie Bigard sur l’estrade. Le journaliste s’est aussi fait insulter de « collabos de la doxa gouvernementale » et de « honte de la France ». Les séquences atteignent leur point culminant lorsqu’une femme déclare : « On va vous casser la gueule ! Vous avez de la chance qu’on ne vous lynche pas  ! ».

Si les journalistes de « Quotidien » sont habitués à ces situations tendues, il n’en reste pas moins que les paroles dites à l’égard des journalistes restent très graves et sont un reflet de la méfiance grandissante et inquiétante mais aussi de la déconnexion venant d’une partie de la population envers les médias.

 
  • Verviers: la peur du lendemain

    La Vesdre coule paisiblement. Les débris qui la bordent rappellent le traumatisme vécu une semaine plus tôt.

    Dévastée par la Vesdre, l’ancienne cité lainière pleure ses morts, compte ses sinistrés et se prépare aux crises à venir.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • Ostéoporose, la menace silencieuse

    L’analyse densitométrique permet de détecter l’ostéoporose efficacement.

    Responsable d’une fracture toutes les vingt secondes dans le monde, elle frappe surtout les femmes. Nos conseils pour la prévenir... ou la freiner.