Quand des militants d’extrême droite agressent une équipe de «Quotidien» lors d’une manif anti-PMA (vidéo)

Quand des militants d’extrême droite agressent une équipe de «Quotidien» lors d’une manif anti-PMA (vidéo)
Capture d’écran - Twitter

« C’est du bon matos ça ». La voix que l’on entend sur la vidéo, c’est celle d’Yvan Benedetti, leader d’un groupuscule d’extrême droite que les équipes de « Quotidien », l’émission de TMC présentée par Yann Barthès, ont eu le malheur de croiser alors qu’ils couvraient la manifestation anti-PMA qui se tenait dans la capitale française ce dimanche 6 octobre.

Sur les images, on voit donc Yvan Benedetti s’en prendre verbalement puis physiquement à la journaliste de l’émission quotidienne Sophie Dupont. Il est entouré de sa garde rapprochée. Tout d’un coup c’est l’emballement. Les militants s’en prennent violemment au matériel transporté par les équipes de « Quotidien ».

Au-delà du millions de vues

Depuis sa diffusion, sur les réseaux sociaux puis dans l’émission de TMC, la vidéo fait le tour des médias et des réseaux sociaux. On peut donc y voir la violence de ces militants d’extrême droite. « Ils s’y sont mis à plusieurs pour détruire notre matériel avec les pieds et de toutes leurs forces. On notera que personne autour ne s’est opposé pendant l’agression », établit Salhia Brakhlia sur le plateau de l’émission ce lundi 7 octobre. Tout en rajoutant qu’une plainte a été déposée.

Depuis, La Manif Pour Tous, qui organisait partiellement la manifestation, a « condamné sans la moindre ambigüité » l’agression subie par les journalistes. « Notre position est très claire là-dessus, et depuis le début », a lancé le porte-parole de l’organisation. Yvan Benedetti, lui, jubile de l’attention reçue depuis les événements. La vidéo de Quotidien, publiée sur Twitter, a, elle, été vue à plus d’un million de reprises.

 
  • Enquête: les anti-vaccins en Belgique

    BelgaImage

    Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Sont-ils dangereux pour la santé publique ? Plongée dans cette nébuleuse anti-vaccins qui se fait de plus en plus entendre en Belgique grâce à la crise du coronavirus. Enquête réalisée avec le soutien du Fonds pour le journalisme en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern