Emmanuelle: les dessous d’une épopée sensuelle

Un rôle ensorceleur pour Sylvia Kristel, dont elle ne se départira jamais tout à fait.
Un rôle ensorceleur pour Sylvia Kristel, dont elle ne se départira jamais tout à fait. - Belgaimage

Elle est restée douze ans à l’affiche d’un cinéma des Champs-Élysées. Elle a émoustillé la France et la Belgique, encore prudes à l’époque. Elle a aussi fait sauter quelques verrous moraux en sortant le film érotique des circuits confidentiels où il était jusque-là confiné. « Emmanuelle » fut un événement à sa sortie, le 1er juin 1974. Cette ode au libertinage surgit après Mai 68. L’époque se libère. Les convenances se diluent. Sylvia Kristel, jeune mannequin hollandais, tombe à pic. Elle a été repérée par Just Jaeckin, un photographe de mode réputé, désireux de tourner un film...

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€5€ pour 1 mois
(sans engagement de durée contractuelle)
J'en profite
1€ pour 24h
 
J'achète
Signé duBus
Signé Stéphane Bern