Britney Spears contrainte de garder son stérilet à cause de sa tutelle

BelgaImage
BelgaImage

Les fans étaient présents devant le tribunal de Los Angeles mercredi dernier pour soutenir Britney Spears qui s’est désormais lancée dans un combat pour revoir sa tutelle. Depuis 2008, c’est son père qui gère tous les aspects de sa vie et de sa fortune à la suite de troubles psychologiques. Pour la star, c’en est trop et elle compte bien récupérer son indépendance après 13 années sous tutelle.

« Je me sens ligotée »

Lors de sa plaidoirie, la star a expliqué pendant 25 minutes à la juge, les abus subis sous cette tutelle. « Je veux que cette tutelle se termine, je crois vraiment que cette tutelle est abusive » a-t-elle plaidé à la juge. À 39 ans, la star a aussi révélé un aspect de sa vie qui avait été oublié jusque-là, sa contraception. À cause de sa tutelle, la chanteuse doit demander la permission de son père Jamie pour chaque décision.

Elle a expliqué lors de l’audition : « Je veux pouvoir me marier avec mon petit ami et avoir un bébé, mais la tutelle m’a dit que je ne pouvais pas faire ça. J’ai un DIU (un dispositif intra-utérin) à l’intérieur de moi pour m’empêcher d’avoir un bébé ». Elle a ajouté : « Je veux aller chez un médecin et le retirer pour pouvoir avoir un bébé, mais ils m’ont dit non. Je me sens ligotée, intimidée et seule. Je suis fatiguée de me sentir seule. Je mérite les mêmes droits que n’importe qui ».

Coercition reproductive

Sa démarche a été entendue et soutenue par la présidente et directrice générale du planning familial américain, Alexis McGill Johnson. Cette dernière affirme qu’il s’agit bien de « coercition reproductive » et a ajouté : « Nous sommes solidaires de Britney et de toutes les femmes qui font face à une coercition reproductive. Votre santé reproductive est la vôtre, et personne ne doit prendre de décision à ce sujet à votre place ».

Suite à sa prise de parole au tribunal, Britney Spears s’est exprimée sur Instagram pour remercier ses fans mais aussi s’excuser : « Je m’excuse d’avoir fait semblant d’aller bien au cours des deux dernières années… Je l’ai fait par fierté, parce que j’étais gênée de partager ce qui m’arrivait… ». Elle a ajouté : « En tant qu’être humain, chacun de nous veut une vie de rêve, et d’après ce que je publiais, ma vie pouvait avoir l’air incroyable. (…) J’attire votre attention là-dessus, parce que je ne veux pas que les gens croient que ma vie est parfaite, parce qu’elle ne l’est pas du tout, et si vous avez lu les nouvelles sur moi, vous en avez la confirmation à présent ».

Devant le tribunal, des fans étaient rassemblés et scandaient « Free Britney » avec des pancartes et des t-shirts à son effigie.