Le procès pour harcèlement sexuel de James Franco réglé à l’amiable avec un coût faramineux

Le procès pour harcèlement sexuel de James Franco réglé à l’amiable avec un coût faramineux
BelgaImage

En février dernier, la presse américaine apprenait que James Franco avait signé un accord pour éviter de passer devant le tribunal. Il a ainsi réglé à l’amiable l’affaire où deux femmes l’accusaient de les avoir forcées à se déshabiller durant un cours sur les scènes de sexe, dans son école Studio 4. Cette semaine, le Hollywood Reporter précise l’énorme montant de cet accord : 2,2 millions de dollars. Malgré tout, le fin mot de l’histoire n’est pas encore dit.

Une somme coupée en deux

Le magazine américain précise que l’accord contient d’autres clauses que l’acteur s’est engagé à respecter. Mais sur ce point-là, aucun détail n’a pu être donné si ce n’est qu’il ne s’agit pas de conditions financières. Quant aux 2,2 millions, environ la moitié sera distribuée aux avocats des deux plaignantes et aux autres élèves de l’école qui s’étaient associés à l’attaque en justice.

L’acteur avait donc manifestement envie d’éviter la case justice par-dessus tout. Mais il reste une dernière étape avant qu’il n’en ai fini avec cette affaire. Toutes les parties sont certes d’accord sur les termes du contrat mais la justice doit encore approuver cela. Le tribunal de Los Angeles a promis de rendre une décision d’ici peu.

En attendant, un communiqué a été remis de la part des accusés, c’est-à-dire James Franco et deux associés : « Bien que les accusés continuent de nier les allégations de la plainte, ils reconnaissent que les plaignantes ont soulevé des questions importantes ; et toutes les parties croient fermement que le moment est venu de s’attaquer aux mauvais traitements infligés aux femmes à Hollywood. Tous sont d’accord sur la nécessité de s’assurer que personne dans l’industrie du divertissement – indépendamment de la couleur de la peau, de la religion, du handicap, de l’ethnicité, de l’origine, du sexe ou de l’orientation sexuelle – ne soit confronté à la discrimination, au harcèlement ou aux préjugés de quelque nature que ce soit ».

 
  • Voici l’une des images qui resteront dans les mémoires après cette catastrophe de l’été 2021. Huit kilomètres de déchets ont été stockés sur l’autoroute A601 désaffectée, tout près de Liège.

    La Wallonie gravement polluée

    Après l’aide aux sinistrés, la dépollution est une tâche ardue à mener. Déchets ménagers, produits chimiques et mazout ont tout envahi. Et des stations d’épuration ne fonctionnent plus.

  • La ville d’eaux a enfin reçu la reconnaissance ultime, le label Unesco derrière lequel elle courait depuis 2008.

    Ces sites belges qui appartiennent à l’Humanité

    En juillet, Spa a fait son entrée au patrimoine mondial de l’Unesco. Comment l’organisation fait-elle ses choix ? Qu’implique une telle nomination ? Quelles en sont les retombées ?

  • Devenu viral, ce cliché a permis la résolution d’une enquête qui s’intéresse aux trésors pillés par un réseau de trafiquants.

    Kim Kardashian et le sarcophage doré

    Une photo people de la star américaine a permis d’élucider par hasard une enquête pour trafic d’antiquités.

Signé duBus
Signé Stéphane Bern
  • L’été Poelvoorde continue!

    Poelvoorde

    Notre Ben national est partout. Après la sortie de « Mystère à Saint-Tropez » et de la série Netflix « Comment je suis devenu superhéros », le revoilà dans « Profession du père » de Jean-Pierre Améris.