Rentrée musicale: anniversaires et pochettes-surprises

Metallica
Metallica - Belgaimage

Sorti mi-août 1991, le « Black Album » (resté sous ce nom par la couleur noire de la pochette) permet à Metallica de briser le plafond de verre. Pur produit de la scène metal, le quatuor californien place dès lors ses titres sur les radios et télés généralistes, fait exploser les ventes et rempli des stades avec un large public.

Pour fêter les tubes « Enter Sandman », « The Unforgiven » et « Nothing Else Matters », deux disques sont prévus le 10 septembre. Outre l’attendu « Black Album » réédité/remastérisé, « The Metallica Blacklist » permet à plus de 50 artistes de revisiter cet opus fondateur. On y entend Miley Cyrus (avec une pincée d’Elton John pour les chœurs), Dave Gahan (Depeche Mode) et même deux Français, SebastiAn et Izïa.

Le 24 septembre, les playlists radio et plateformes résonneront du « Smells Like Teen Spirit » de Nirvana, morceau emblématique de l’album-choc « Nevermind » sorti il y a 30 ans ce jour-là. Les célébrations autour de ce disque culte restent encore floues. Krist Novoselic, l’ex-bassiste du groupe (dissous avec le suicide de son leader Kurt Cobain) promet juste des surprises à venir, selon son teasing dans le magazine Uncut.

Réentendre Charlie Watts

Toujours au rayon anniversaire, on peut citer The Specials. Pour fêter les 40 ans de leur hit « Ghost Town », le groupe phare du ska sort le 24 septembre « Protest Songs 1924-2012 ». C’est une collection de reprises à hautes doses de chroniques sociales/politiques. On y entend notamment une relecture du « Freedom Highway » (1965) du groupe soul des Staple Singers. Autre quadragénaire, le « Tattoo You » des Rolling Stones – surtout connu pour « Start Me Up » – ressortira le 22 octobre, agrémenté de 9 titres inédits de l’époque et d’un live à Wembley de 1982. L’occasion de réentendre le métronome Charlie Watts, récemment disparu, derrière ses fûts.

Le mois d’octobre permettra aussi de souffler deux fois des bougies en l’honneur de Georges Brassens, pour les 100 ans de sa naissance le 22 et les 40 ans de sa mort le 29. Yolande Moreau et François Morel s’allient pour l’occasion avec « Georges Brassens dans le texte », le 8 octobre. Autre acteur qui passe derrière le micro, Daniel Auteuil sort le 17 septembre « Si vous m’aviez connu », une réussite bichonnée avec Gaëtan Roussel (leader de Louise Attaque).

Avec eux, pas question de cinéma mais d’un disque qui fleure bon le road-movie et les embardées réjouissantes : Laurent Garnier s’accoquine avec les Limiñanas pour « De Pelicula », programmé le 10 septembre. Pas si surprenant : voilà des artistes qui ont toujours refusé les chapelles.

Savant-fou et divas

Garnier s’est déjà aventuré dans des contrées très éloignées de la techno. Et les Limiñanas, alchimistes d’un rock-garage fureteur, n’en sont pas à leur coup d’essai, puisqu’ils ont déjà collaboré dans le passé avec Etienne Daho ou Peter Hook (ex-bassiste de Joy Division et New Order). Et quand on parle de savant-fou, le nom de Damon Albarn surgit forcément. Ça tombe bien, l’ex-leader de Blur, tête pensante de Gorillaz, revient en solo avec « The Nearer The Fountain, More Pure The Stream Flows » le 12 novembre.

Imany réapparaît aussi avec « Voodoo Cello », le 3 septembre, envoûtant album de reprises porté par huit violoncelles. De retour, il en est aussi question avec deux divas. Little Simz, rappeuse anglaise et tout simplement un des meilleurs MC sur le marché, déboule avec « Sometimes I Might Be Introvert », également le 3 septembre. Et dans une époque qui manque de paillettes, la reine du disco Diana Ross ouvre une valise de nouvelles chansons avec « Thank You », le 10 septembre. Le tout a été produit par Jack Antonoff, le producteur-magicien derrière les sublimes derniers albums de Lana Del Rey.