La grande chevauchée du western (1): l’âge d’or

John Wayne était l’achétype du cow-boy idéal : blanc, baraqué et brut de décoffrage.
John Wayne était l’achétype du cow-boy idéal : blanc, baraqué et brut de décoffrage. - BelgaImage

Une corde, un colt, un saloon, des diligences, des décors secs et arides adoucis par des couchers de soleil, des vautours dans un ciel sans pitié, un croque-mort, du bétail, un ranch où l’on rentre harassé d’une journée à cheval passée à convoyer le troupeau, des bisons, le Colorado, le Texas, des Indiens et des cow-boys, un feu de camp, une étoile de shérif, des desperados, des mustangs, des pendaisons, des duels, des tribus, les Apaches, les Comanches massacrés, chassés des grandes plaines « au nom de la civilisation », du « Go West » et de la nouvelle frontière, puis...

Vous désirez lire la suite de cet article ?
1€5€ pour 1 mois
(sans engagement de durée contractuelle)
J'en profite
1€ pour 24h
 
J'achète